mannequin.jpg
Mode
miriam.jpg
Memoire
tyrese.jpg
cinéma
miss 5.png
Fashion
art2.webp
Art
logo Grace Diffusion.jpg
Musique Gospel
QUEEN ETEME.jpg
musique
image003.jpg
Association
PN logo.jpg
Mon AFRIQUE

TOGO / L’INCROYABLE ODYSSÉE D’UN JOUET EN PLASTIQUE DE SELOM C. MENSAH

by Alain mouaka


Posté le May 23, 2020 19:43 | Vues 200


selom.jpg

   Jetez la parmi les louves et loups, elle reviendra cheffe de meute. Femme battante, mère, bloggueuse, réalisatrice et j’en passe, Sélom C . Mensah est bien partie pour être un modèle de réussite, de courage et femme de convictions malgré elle. Après le succès de son premier documentaire baptisé « Parole aux femmes » , elle signe depuis quelques jours  un nouveau projet cinématographique griffé « L’incroyable odyssée d’un jouet en plastique ». Elle nous fait l’ainsi honneur d’être notre invitée le temps d’une pause entre quatre et mille choses.

 

 

Pensées Noires : Selom C. Mensah, merci d’accorder du temps à notre plateforme africaine, vous êtes réalisatrice, bloggueuse, passionnée de culture et portez plusieurs casquettes, présentez-vous aux lecteurs et lectrices de Pensées Noires?

Selom C. Mensah : Oui, je suis une personne qui se laisse porter par ses passions. Le cinéma donc depuis 2017, l’écriture avec mon blog www.selomcrys.com qui existe depuis deux ans, mais aussi le volet éducation et sensibilisation avec une classe verte, nommée « Colonie Verte », que j’ai lancé en 2019 à Lomé. L’important pour moi est de pouvoir apporter ma pierre à l’édifice pour bâtir une Afrique qui gagne. Je suis également journaliste de formation ; et je travaille dans le domaine de la communication.

 

Pensées Noires : Pourquoi avoir choisi de devenir réalisatrice ?

Aujourd’hui, l’image occupe une place importante dans nos vies, nous en sommes abreuvés de toute part. Les gens boivent littéralement des flots d’images (via les réseaux sociaux notamment) bien plus qu’ils n’ouvrent un ou deux bouquins. Le livre devient vintage ! L’image aide aussi notre imaginaire à voyager, rêver et aider au changement de mentalité. Ce qui me passionne dans le cinéma c’est de pouvoir toucher le cœur des gens, tout en leur apportant une part de ma vérité, en leur montrant ce que je souhaite leur dire.

 

Pensées Noires : Votre premier projet avait une portée militante et magnifiait la beauté des femmes Africaines. Pourquoi cette thématique vous tenez autant à cœur?

Pour moi elle devrait nous tenir à cœur à tous car il y a vraiment urgence en terme d’écologie, la situation actuelle le prouve. Nous devons arrêter de vivre en égoïste, comme si nous étions les maitres de cette planète. Normalement, même un leader doit montrer l’exemple et bien agir. Nous scions la branche sur laquelle nous sommes assis par notre consumérisme et notre retard dans une réelle prise de conscience. Moi j’ai assez vu de documentaires sur ces sujets (la maltraitance des animaux en abattoir, la perte de la couche d’ozone, la déforestation, la pollution des mers) pour continuer à me taire, sans tenter d’agir !

 

Pensées Noires : Votre objectif a-t-il été atteint, sentez-vous que des femmes ont pris plaisir à regarder ce documentaire et pris conscience de leurs capacités en tant que femme ?

Elles le savent, parce qu’elles le sentent. Ce sont des femmes. Toute femme est douée d’une intuition innée, intrinsèque à son genre. Je le pense. Nous sommes des âmes très sensibles. Reste à s’écouter, et à assumer ces capacités. Certaines préfèrent rester au calme et ne pas créer, penser, et donner au monde un peu de leur grandeur, c’est un choix. Après tout, donner de sa personne nécessite beaucoup d’énergie et d’investissement, tant financier qu’émotionnelle.

 

Pensées Noires : Votre nouveau projet évoque une autre cause qui vous est chère, l’environnement, L’Incroyable Odyssée d’un Jouet en Plastique en est le titre, dites nous en un peu plus 

L’incroyable odyssée d’un jouet en plastique est l’un de mes projets les plus intimes, car je l’ai réalisé avec l’aide de mon fils, qui est l’acteur principal et la voix narrative de ce court-métrage. Il a été pour moi d’une aide inestimable et a dépassé de loin mes attentes. Pour le message, il est venu d’un ras-le-bol dû à la pollution qui nous entoure et augmente dans nos villes africaines, et dans le fait qu’aucune réponse politique et importante n’est proposée. A Lomé par exemple, la pollution a envahi le bord de mer et c’est insupportable !

Pensées Noires : On rejoint donc les thématiques de la Colonie Verte Selom C. Mensah, on est tenté de dire qu’en Afrique on a l’impression qu’on ne prend pas encore la mesure du problème. À quoi est-ce dû selon vous?

Selom C. Mensah : Malheureusement, beaucoup de nos dirigeants africains se moquent des questions environnementales. La base ne fait que suivre le sommet, de plus les gens sont davantage préoccupés par le gain de leur pain quotidien, ce que j’entends. Cependant, si nous ne prenons pas garde, il n’y aura bientôt plus de pain quotidien à chercher si la planète est bousillée ! Nos dirigeants doivent se réveiller, penser et proposer de vraies solutions globales et innovantes aux populations. Créer des incinérateurs pour les déchets, booster et encourager le tri sélectif dans les foyers, créer des usines de traitement des eaux usées et des stations d’épuration, promouvoir et financer les énergies écologiques, propres et renouvelables, sensibiliser et éduquer les populations, etc. Ils doivent aussi arrêter d’accepter d’être traités comme la poubelle du monde et de recueillir les déchets dont les autres ne veulent plus (déchets électroménagers, informatiques et autres). Cependant, je suis convaincue que le citoyen a aussi son rôle à jouer. Ne serait qu’en changeant de mentalité et d’attitude.

 

Pensées Noires : Un tel projet L’Incroyable Odyssée d’un Jouet en Plastique vous prend combien de temps de travail, écriture et réalisation?

Un tel projet il faut le penser, le murir, l’écrire. Et après, on se détourne souvent de ce qu’on avait écrit et imaginé, parfois par manque de temps ou de moyens financiers. Je ne suis pas encore une grosse réalisatrice hollywoodienne lol. Un jour, nous ferons de grandes choses, aujourd’hui, je cherche quand même à faire rêver les gens avec les moyens dont je dispose. En gros, de bout en bout, cela m’a pris un peu plus de six mois. Je remercie ici toute l’équipe qui n’a pas ménagé ses efforts pour concrétiser ce rêve…

 

Pensées Noires : Vous êtes une autodidacte, quel conseil donnerez-vous à une jeune fille qui veut emboiter vos pas ?

Il faut toujours se battre pour ceux en quoi on croit, que ce soit dans la vie professionnelle, personnelle ou même intime. Rien n’est fini tant que tu n’as pas déposé tes gants à terre. Je lui dirai donc de ne rien lâcher, et cela ne sera pas dur car une passion nous empêche souvent de dormir la nuit, en général. Je lui dirai aussi qu’il faut qu’elle s’entoure des meilleurs aussi, ceux qui veulent bosser et apprendre avant tout, se dépasser. Il faut savoir se donner du mal pour ce qu’on aime.

 

Pensées Noires : Avez-vous Selom C. Mensah une (ou des) femme qui vous inspire dans la vie ? Si oui qui et pourquoi ?

Il y a tellement de choses qui me touchent et m’inspirent : un ciel bleu ponctué de nuages, la mer et ses vagues éternelles, le sourire d’un enfant dans la rue… En termes de personne ou de personnalités, je suis largement inspirée par les membres de ma grande famille de cœur qui sont des battants, même les plus jeunes. J’admire tout particulièrement ceux qui se battent pour survivre ou pour leurs convictions. Et le Togo regorge de femmes et d’hommes comme cela.

 

Peensées Noires : Une question un peu plus personnelle. Vous êtes mariée et mère. Le constat est qu’en Afrique nombreux sont septiques sur le fait qu’une femme peut t’avoir une carrière artistique et être une « bonne épouse », que répondez-vous à cela ?

Pour ma part, je trouve que cela n’est pas incompatible, il suffit de bien s’organiser. J’ai pour ma part beaucoup de projets qui me tiennent à cœur que j’espère réaliser. Je me sens complète en ayant aussi l’opportunité de faire ce que j’aime. Je ne conçois donc pas d’être avec une personne qui ne se soucierai pas de mon équilibre ; c’est aussi une forme de soutien et d’amour de laisser son partenaire libre de s’y consacrer et d’investir dans ce qui le fait vibrer.

 

Pensées Noires : Le monde connait une crise sanitaire à coronavirus qui est un casse-tête pour tous les pays, les plus spirituels y voient un avertissement de Dieu, les scientifiques s’accordent pour dire que la pandémie est survenue parce que nous détruisons notre environnement naturel et d’autres persistent et signent qu’il s’agit d’une manipulation génétique donc un virus crée par l’homme, la sortie de votre nouveau projet prouve que vous gérez plutôt bien cette situation de crise, un conseil à donner aux plus inquiets?

Selom C. Mensah : En réalité, je la gère comme nous tous : avec angoisse, peur, espoir et joie. Je n’ai pas de conseil à donner, je dirai simplement qu’il faut toujours essayer d’être pondéré et garder espoir. La panique n’aidera pas. Je pense aussi que nous attirons à nous ce à quoi nous pensons sans cesse, avec obsession. Pensons donc positivement, et le positif viendra à nous !

 

Pensées Noires : Le monde est ce qu’on en fait disait un sage, si on veut le sauver on le sauvera, si on veut le détruire et bien destruction sera, partagez-vous cette assertion ?

Je suis totalement d’accord. Je vis dans une société où nous avons pris l’habitude de laisser la responsabilité de tout ce qui nous arrive et arrive à Dieu, ou à la fatalité. Je suis plutôt d’avis que même s’il n’y a pas de hasard, nos bonnes actions peuvent aussi peser dans la balance pour nous permettre de changer de paradigmes. Nous les humains, sommes capables du meilleur comme du pire.

 

Pensées Noires : Pour finir Selom C . Mensah, où puisez-vous la force pour continuer d’avancer ?

Dans le regard de mes deux jeunes enfants, et de l’amour infini qu’ils me portent ! Si jamais je suis découragée et je n’ai plus d’espoir pour moi-même et ma génération, je dois au moins en avoir pour eux, la génération qui monte. Je souhaite paver leur chemin d’or et de diamants pour leur faciliter la vie autant que cela est possible, comme toutes les mamans du monde. Je souhaite leur laisser une terre en meilleure santé et plus agréable et vivable.


Retour aux articles