mannequin.jpg
Mode
miriam.jpg
Memoire
tyrese.jpg
cinéma
miss 5.png
Fashion
art2.webp
Art
logo Grace Diffusion.jpg
Musique Gospel
QUEEN ETEME.jpg
musique
image003.jpg
Association
PN logo.jpg
Mon AFRIQUE

MAROC / LESS, LE CHANT DU MÉTISSAGE

by Alain mouaka


Posté le August 26, 2020 22:10 | Vues 354


jordan.jpg

Less, de son vrai nom Jordan Marie-Appoline, est un rappeur, auteur et compositeur français de 33 ans. En 2017 Less s'installe à Marrakech. Au fil des années, Less développe son propre univers musical principalement influencé par le rap, la variété et l'afro-beat. En 2020 il sort le single "Pepito" extrait de son premier EP prévu pour Octobre 2020. C’est avec plaisir qu’il s’offre son baptême de feu entre les lignes de Pensées Noires magazine.

 

 

Pensées Noires : LESS merci de plonger dans l’univers de Pensées Noires magazine. Artiste, producteur et visionnaire, présentez-vous à nos lecteurs

Less : Salut Pensées Noires, merci pour l'invitation.
Je suis rappeur, auteur, compositeur, et réalisateur. J'ai sorti deux premiers titres en solo cette année, Pepito et Koloko. En ce moment je travaille sur plusieurs titres dont quelques featurings...

 

Pensées Noires : Vous êtes Gabonais, Hollandais, Martiniquais et Français avec une tête d’arabe aimez-vous à dire, comment se fait-il que le sang de plusieurs nationalités citées coule t-il dans vos veines ?

Less : Oui c'est vrai, la plupart du temps on me prend pour un marocain (rire). En fait ma mère est hollandaise- gabonaise et mon père Martiniquais Français. Je n’ai pas encore eu la chance de visiter le Gabon et la Martinique, j'espère que ça viendra.

 

Pensées Noires : Vous avez vécu 10ans au Sénégal avant de vivre aujourd’hui entre le Maroc et la France, parlons un peu de votre parcours

J'ai passé mon enfance entre Dakar, Paris et Lisbonne.
Vivre dans des endroits aussi différents ça m'a apporté beaucoup de choses, ça m'a ouvert l'esprit. Dakar et Lisbonne se sont des villes que j'adore, Paris aussi mais pas pour  y vivre...
Aujourd'hui je vis entre la ville rouge et la ville rose, Marrakech et Toulouse. Les gens sont accueillants et c'est des villes supers dynamiques.

 

Pensées Noires : Comment découvrez-vous la musique ?

Mon père était un passionné de musique. Vous écouterez toujours une note de musique à la maison, il écoutait un peu de tout c'était très varié. Du coup je suis tombé amoureux de la musique assez tôt, mais je n’imaginais pas en faire. C'est après la mort de mon père que j'ai commencé à écrire mes premiers textes, vers  l’âge de13 ans. Au fil du temps je me suis crée mon propre univers artistique. Le faire grandir ça a demandé beaucoup de travail. J'essaie de l'embellir, de l'enrichir au maximum, c'est important, c'est l'endroit où je me sens le mieux, où je respire le mieux, j’y passe beaucoup de temps.

 

Pensées Noires : Votre nom est affilié à quelques artistes et pas des moindres, le Marocain Yann’Sine et le sulfureux Dj Tchadien Afrotronix, voulez-vous bien nous parler de vos relations avec ces artistes ?

Afrotronix c'est quelqu'un que j'apprécie beaucoup, humainement et musicalement, c'est un grand artiste. J'ai eu la chance de réaliser son clip "Oyo", c'est comme ça qu'on s'est rencontré, après  on est resté en contact et on est devenu des potes. Yann'Sine c'est un artiste pour qui j'ai écrit et composé des titres comme "J'essaie". Je lui ai réalisé des clips aussi. C'est un jeune talentueux, il a une voix magnifique. On est parti aux All Africa Music Awards ensemble en 2019 pour le titre "j'essaie" justement, ça se passait à Lagos au Nigeria, on avait eu 3 nominations. Afrotronix aussi était nominé du coup on s'est retrouvé la-bas, c'était un moment super.

 

Pensées Noires : Vous avez sorti il y’a à peine deux semaines un nouveau single baptisé Koloko, il y’a eu bien avant le titre Pepito, de quoi parlent ces deux morceaux ?

Less : Pepito c'est un peu mon alter ego. Je me suis accroché à la musique, mais lui il n’avait pas de rêves, donc il a dérivé. C'est ce qui arrive à plein de jeunes. Des gars plein de volonté, qui n’ont jamais voulu tout ça, mais qui par manque d'amour grandissent avec un trou dans le cœur. Alors bien sûr ils cherchent à le remplir et souvent ils s'auto-détruisent.
Koloko c'est un titre plus fun, plus dansant. C'est l'histoire d'un gars qui tombe amoureux d'une "fille de rêve", elle le rend "kolo koloko". C'est une femme fatale, elle est belle, séduisante, mais elle est vénale, et son but c'est juste de lui prendre de l'oseille, lui il s'en rend pas compte. C'est tourné un peu à la dérision.
Le style c'est vraiment un mélange d'afrobeat et de rap.

 

Pensées Noires : Ces deux titres jouissent de deux registres musicaux bien différents, comment vous définissez-vous musicalement parlant?

Less : Pepito c'est un peu une exception, la plupart de mes titres mélangent le rap, afrobeat et la pop urbaine. C'est cette fusion je pense qui me définit le plus. Mais je n’ai pas envie de me fermer à un style précis, alors il y’aura surement d'autres exceptions.

 

Pensées Noires : LESS vous êtes un métisse fier de l’être, comment vivez-vous votre métissage, et quel est votre regard sur le mal être d’autres métisses qui se disent se sentir comme un étranger une fois les pieds posés sur le sol de leur pays d'origine.

En tant que métisse c'est vrai que tu peux parfois te sentir rejeté dans ton pays d'origine. Mais tu peux te retrouver dans un pays lointain où tu n'as aucune origine et être avec des gens qui te feront sentir comme chez toi. Si tu te sens comme un étranger c'est que tu es mal entouré. Et pour les personnes que tu ne connais pas, qui portent des jugements rapide sur toi ce n’est pas très grave, ce n’est pas vraiment de la méchanceté, c’est plus de l'ignorance. C'est plus dans la musique que je le ressens, quand tu mélanges plusieurs styles, que tu n'es pas dans une catégorie précise, tu es plus difficilement accepté. Faut juste être patient, je sais que certaines faiblesses d'aujourd'hui sont les grandes forces de demain.

 

Pensées Noires : Pensez-vous que la société contemporaine a perdu un peu de son amour pour l’autre ?

Je pense qu'il y’a toujours eu des bons et des mauvais, des personnes généreuses et des égoïstes. Le problème c’est peut être que les médias véhiculent bien plus de mauvaises news que de bonnes. C'est ce qui leur fait vendre. Du coup on a l'impression que le monde est rempli de haine, alors que si je regarde autour de moi je vois beaucoup d'amour.

 

Pensées Noires : cette pluralité d’appartenance joue t-elle sur  votre musique ?

Avoir assimilé plusieurs cultures différentes ça joue un rôle très important dans ma musique. C'est ce qui a amené ce mélange d'afro et de rap que je fais aujourd'hui. Mais j'écoute beaucoup de style différent, beaucoup de rap américain aussi, il y’a beaucoup d'artistes de cultures différentes qui m'ont aussi inspiré.

 

Pensées Noires : Le titre Koloko fait suite à Pepito, doit-on comprendre que vous travaillez sur un projet d’album ou autre chose ?

Less : Oui il y’a plusieurs titres qui sont en préparation. Je vais sortir quelques singles et sûrement  mon EP en octobre. En ce moment j'avance pas mal j'espère pourvoir sortir un album début 2021.

Pensées Noires : Le monde connait depuis ces derniers mois une crise sanitaire sans précédent peut-on dire, comment vivez-vous ces moments difficiles dus à la pandémie à coronavirus ?

On est entrain de vivre un moment difficile de l'histoire. Mais l'histoire se répète, il y’a toujours des hauts et des bas. Il semblerait qu'on soit dans le bas en ce moment. C'est un moment qu'il faut supporter. Pour beaucoup d'entre nous c'est quelque-chose qu'on arrivera à surmonter mais pour d'autres c'est terrible, l'impact économique est violent. Heureusement il y’ a des actions de solidarité mais ça ne sera pas suffisant, beaucoup trop vont en souffrir et en souffrent déjà.
De mon côté j'essaie d'être prudent et comme tout le monde j'espère que ça passera vite, enfin comme tout le monde, presque tout le monde. Toute crise profite à quelqu'un...

 

Pensées Noires : LESS merci d’avoir partagé de votre temps avec les lecteurs de Pensées Noires magazine, que les énergies positives du continent vous portes dans l’accomplissement de vos projets et pour finir quel est votre souhait pour ce monde

Less : Marc Aurèle disait
"Donnez moi la force de supporter ce qui ne peut être changé, le courage de changer ce qui peut l'être mais aussi la sagesse de distinguer l'un de l'autre», voilà ce que je pourrai souhaiter pour ce monde. Merci à toute l’équipe de Pensées Noires pour l’invitation. Un gros big up à tout le monde. Prenez soin de vous.

 

Less - Koloko 

https://www.youtube.com/watch?v=tY0MS6sQrdo

 


Retour aux articles

Recherche articles

Récents

December 4, 2020 17:52
Maroc /


December 4, 2020 14:45
Togo / afia mala – amégan

Magazines gratuits !

COVER PENSEES NOIRE.jpg
Penseesnoires magazine teasing
Télécharger gratuitement


Voir plus