mannequin.jpg
Mode
miriam.jpg
Memoire
tyrese.jpg
cinéma
miss 5.png
Fashion
art2.webp
Art
logo Grace Diffusion.jpg
Musique Gospel
QUEEN ETEME.jpg
musique
image003.jpg
Association
PN logo.jpg
Mon AFRIQUE

TOGO / DODJI EFOUI, UNE LIBERTÉ DANS L'ART.

by Alain mouaka


Posté le June 17, 2020 12:56 | Vues 112


efoui.jpg

       Un mental fort, un rêveur, un bosseur, il pourrait réussir tout ce qu’il entreprend.  Le géni créateur du surnommé « Togbui gakpo », le père de la ferraille nous séduit. Pensées Noires à rendez-vous avec l’artiste Dodji Efoui , tête dans les airs mais les pieds sur terre.

 

Pensées Noires : Dodji Efoui votre parcours est impressionnant, on pourrait dire que tout vous réussit, comment passe t-on de l’art publicitaire au recyclage ?

Dodji Efoui : Toute ma considération à l’équipe de Pensées Noires, chapeau pour cette visibilité que vous offrez au continent et à ses fils et filles. Alors disons que je me suis formé en art publicitaire pour  acquérir des connaissances, c'était juste un passage, au fond je sentais le besoin d’être créatif, m'exprimer à travers l'art mais faute d'école d'art à Lomé c'était le seul moyen d'y arriver. Pour ma culture générale et ma formation personnelle j'ai dû également participer à des ateliers de création d'art plastique.

 

Pensées Noires : Vous êtes musicien et plasticien, est-ce là le fruit du hasard ou vous aviez en vous des prémices de ces aptitudes ?

 Dodji Efoui : ''il n'y’a pas de hasard, il n'y’a que des rendez vous''  a dit Paul Éluard un poète français. A 15 ans déjà je composais des chansons, par la suite j'ai appris à jouer de la guitare et de la batterie. Je dirais oui j'étais prédisposer à faire ce métier, mais cette prédisposition n'est pas une fin en soi, pour y arriver il faut y consacrer des heures et des heures de travail et souvent des nuits sans sommeil, et pour ma part j'aime bien travailler la nuit, je pense être plus productif.

 

Pensées Noires : Vous êtes surnommé  « Togbui gakpo », le père de la ferraille en Ewé, à cause de vos assemblages de percussions, bidouillage que vous avez créé avec des bidons, calebasse, bouteilles, casserole, gon, le tout soutenus par un système de soudure en métal agencé sur mesure, c’est tout de même incroyable cette posture artistique au moment où les vôtres se battent pour s’entourer d’un groupe, faites nous une fleur, pourquoi ce choix ?

L'art n'est pas quelque chose de figé, il se nourrit  des choses qui nous entourent par conséquent tout peut entrer dans la composition d'une œuvre que se soit la musique ou la peinture. Cet assemblage d'objet appelé ''la batterie cuisine'' est mon premier instrument créer en 2011 avec lequel j'ai accompagné beaucoup de musiciens et certains rappeurs sur des scènes ; Dans la foulée j'ai crée ''Piment djin concept'' qui réunissait trois (3) musiciens avec qui j'ai travaillé aussi. Le 5 mars dernier ''Amango'' est sorti, un Ep de 5 titres, enregistré entre Abidjan et Paris qui est le fruit d'une collaboration avec Kevin Des, un artiste français. Alors il faut peut être que je le précise, je crée dans la solitude mais je ne suis pas un artiste solitaire (rire), j'ai mis sur pied il y’a deux (2) ans le projet '' Lutherie urbaine Lomé'' qui réunit cinq (5) musiciens avec lesquels je travaille actuellement.

 

Pensées Noires : Vous sillonnez l’Afrique  avec votre musique depuis des années, le Cameroun, le Ghana, le Burkina Faso, Le Bénin sans oublier le Togo et la Côte d’Ivoire, est-ce en ces occasions que vous puisez votre inspiration ?  

 Oui je puise mon inspiration de mes rencontres, des voyages et au gré des évènements. L’inspiration c’est tout simplement un moment de grâce que la nature nous accorde, il faut donc la saisir.

 

Pensées Noires : Sur scène comme dans la rue vous laissez parler votre art parfois avec beaucoup de légèreté on pourrait dire avec un zeste de folie, l’art est-il folie ?  

Dodji Efoui : il faut un grain de folie pour faire de l'art, je dirais même une folie consciente (rire), je le dis parce qu’en s'inscrivant dans une quête pour trouver un langage artistique inédit on passe par la métamorphose.

 

Pensées Noires : Vous êtes un artistes très discret mais votre art parle pour vous, lors  du concert du célèbre artiste sénégalais  Ismaël Lo au Togo vous avez fait la première partie du show, qu’avez-vous gardé et appris de cette performance?

 Dodji Efoui : Le concert d’Ismaël Lo c'était à Sarakawa devant 3milles personnes, et ce qui m'a marqué c'est pendant la balance le batteur d’Ismaël Lo s'est approché de moi et m'a dit: « tes percussions sonnent très bien, rien à envier à la batterie classique », waouh ce compliment m'a donné la force de continuer.  

 

 Pensées Noires : Sur la bande originale du film "rien que de l'eau", organisé par Unicef – Lomé dans son programme de sensibilisation vous donnez de la voix, de quoi s’agissait-il ?

Dodji Efoui : j'ai été sollicité par le réalisateur afin de composer une chanson pour accompagner ce film d’Unicef-Lomé qui retrace le chemin  parcouru pour  l'installation des forages d'eau dans des localités où l'eau est difficile d'accès. Belle expérience, j’en garde de beaux souvenirs.

 

Pensées Noires : L’art plastique est une partie entière de votre personne, que défendez-vous par votre art ?

 Dodji Efoui : L’art donne du sens à ma vie, je défends une esthétique selon ma vision du monde. L’art c’est aussi un  prétexte pour dire ce que je pense.

 

Pensées Noires : La crise sanitaire à coronavirus est une gifle pour le secteur culturel mondiale, comment vivez-vous ces moments délicats pour l’artiste que vous êtes ?

 Dodji Efoui : Cette pandémie qui a plongé le monde dans le désarroi est une gifle pour la culture, mais faut pas abdiquer, en tant qu'artiste j'ai pu quand même transformer cette situation en matière, et je continue de travailler.

 

Pensées Noires : Vous êtes à cheval entre Lomé et Abidjan où vous faites la rencontre  de Benoît Minetti avec qui vous  collaborez, présentez nous Benoît Minetti et que vise cette collaboration ?  

Benoit minetti est un guitariste compositeur français, c'est aussi un érudit dans le domaine de la fabrication des Instruments à corde. il s'est beaucoup investi pour le projet Robatong que nous avons réalisé en 2016 à Abidjan. L’objectif de ce projet est de créer une fusion entre deux univers différents qui se complètent bien.

 

Pensées Noires : Nombreuses sont les voix qui se lèvent contre le racisme dans le monde , quel est votre avis sur le sujet ? 

Dodji Efoui : Cette animalité dont certaines catégories de personnes font preuve me désespère, je pense que personne ne doit être maltraité, tué, ou subir une quelconque discrimination à cause de sa couleur de peau ; La question du racisme doit être abordée de manière plus large parce que dans toutes les cultures on a l’impression que le racisme fait tache. Il y’a problème, c’est dommage qu’en 2020 l'Homme puisse se livrer à des actes aussi sauvage. On nous parle d’un monde civilisé mais il s'avère que l’on est incapable de résoudre les problèmes que suscite son fonctionnement, c’est à croire que l’on fait tout pour détruire ce monde ;

 

Pensées Noires : Dodji Efoui, pour finir, votre souhait pour l’Afrique après la covid-19 ?  

 Dodji Efoui : Je souhaite à l'Afrique de se prendre en charge sur  le plan sanitaire en faisant confiance à ces scientifiques et surtout faire un retour aux sources. Il nous suffit de soutenir la recherche et pousser tous ceux qui se lancent dans des recherches pour améliorer nos conditions de vie. Cette pandémie  nous a montré les limites des puissants de ce monde ; l'Afrique a sa partition à jouer.


Retour aux articles