mannequin.jpg
Mode
miriam.jpg
Memoire
tyrese.jpg
cinéma
miss 5.png
Fashion
art2.webp
Art
logo Grace Diffusion.jpg
Musique Gospel
QUEEN ETEME.jpg
musique

TOGO / JULIE AKOFA AKOUSSAH, LA CHANTEUSE CONSOLATRICE

by Alain mouaka


Posté le April 21, 2022 08:45 | Vues 91


Julie Akoka Akoussah.jpg

Petite par la taille mais ronde et le faciès toujours hilare, Julie Akofa Akoussah était une immense artiste et une grande dame de l’univers musical africain. Hier comme toujours ses chansons aux mots bien choisis sont écoutées, pastichées, fredonnées par des gens de toutes conditions. Des mélodies inoubliables léguées à la postérité.

Julie pour les uns, Mamy pour les autres, elle vivait ses chansons avec un cœur rempli d’amour. Son passage sur scène était un moment de partage. A 57 ans, alors qu’elle préparait avec détermination ses quatre décennies de carrière dans le show-biz, la fille d’Ati Attovoun dans l’Avé fut emportée le 24 avril 2007 après un combat vain contre la maladie.

Retour sur la vie et le parcours exceptionnel de la chanteuse consolatrice, partie  au panthéon des grands noms de la chanson africaine tels que Georgette Bella Bellow, Grégoire Lawani, Ouyi Tassane, Kojo Djanka, Fréjus Sewa Jacinthus, Ita Germaine Jourias, Mamo Lagbéma, Félix Aurélien Boccovi, Itadi Bonney, Abeti Makisini, François Lougah, Pierre Tchana, Eboa Lottin, Ernesto Djédjé, Francis Bebey, M’Pongo Love Moseka, Gnonas Pedro, Tohon Stan, GG Vikey, Fela Kuti,  Pamelo Mounka, Mory Kanté, Kanté Manfila, Myriam Makeba, Manu Dibango, Thione Seck et bien d’autres.

Julie Akoussah - Tso Dokuiwo Na Mawu (Confies toi au Seigneur)

 https://www.youtube.com/watch?v=O-xGSyev12A

 

Toute petite, Julie Akoussah suivait ses proches, notamment sa mère qui allait aux classes de chants. Une aubaine pour elle d’acquérir « naturellement » les ficelles de l’art de chanter et de découvrir les différentes tessitures. A moins de dix ans, la toute jeune écolière chez les Sœurs de l’Ecole de la Providence, devient la soliste principale de la chorale Saints Pierre et Paul de la Paroisse Immaculée Conception de Nyékonakpoé à Lomé. Une passion bien gardée jusqu’à ses études secondaires au Collège Notre Dame des Apôtres à l’ancien Zongo qui lui coûtera son exclusion quant à sa participation en 1966 au Festival Mondial des Arts Nègres à Dakar au Sénégal. A préciser qu’elle y était avec sa compatriote et devancière dans l’univers du showbiz , la regrettée Georgette Bella Bellow.

 Julie Akoussah –Lonlon Vivi (Les délices de l’amour)

https://www.youtube.com/watch?v=fOJkPP_ypFw

 

Elle sera alors inscrite au Lycée de Tokoin tout en gardant sa passion pour la chanson. Julie Akoussah aussi connue Akofa Akoussah ou Falali a eu l’influence des rythmes tels que le Blues, le Jazz ou celui de la musique de vin de palme, autrement le High Life. Bien qu’étant élève et pour mieux maitriser l’art scénique, la fille d’Atti Atovoun passera ses heures libres dans les coulisses de Mélo –Togo, Rockya Mambo, Rio Romanceo, OK Fiesta, Eryco Jazz, Afro Cubano, Los Muchachos, Toogo Star ou Elégance Jazz qui étaient des orchestres alors en vogue de la Ville de Lomé. Des fréquentations qui lui permirent de s’ouvrir à d’autres styles de musique.

Bien vite, la jeune artiste va gagner en popularité. Elle éblouit ainsi le public au Ghana, en ex-Dahomey (Bénin) par des prestations enlevées.

Julie Akoussah –"I Tcho Tchass"

https://www.youtube.com/watch?v=tJgAy9eASKE&list=RDEMzwvO1fu1cQ9EWTIftMDL3A&start_radio=1&rv=ZMEqFnuy77I

 

 A noter qu’après sa participation pour le compte du Togo sous la conduite de feu l’artiste Paul Ahyi au Festival Mondial des Arts Nègres de Dakar , Julie Akoussah chantera en duo Ambroise Ouyi Tassane, le Rossignol des Monts Bassar le morceau « Tu ne m’écris plus », une des classiques de la chanson togolaise. Le succès de cette mélodie pressée en 45 Tours, fit l’objet d’autres collaborations entre les deux artistes.

Julie Akoussah –Tu ne m’écris plus Ft Ouyi Tassane

https://www.youtube.com/watch?v=Vrs-EJ1qCyY

 

Ayant compris qu’elle doit être une artiste complète, Julie Akoussah prend des cours de guitare et de piano en s’essayant aussi à l’harmonica. Elle chantera ainsi en Ewé, sa langue maternelle avec des teintes traditionnelles comme l’Agbadja,  ou de réjouissance tels le Rythm and Blues ou l’Afro Cubain. “Tawawayé”, “Maboué”, “Adokpo-gbadza”, “Dodzi”, “Mitoe Ne Ayehawo”, “Dandou Kodjo”, “Tayawaye”, “Azo boliboto”, “Petit poisson rouge”, “Sumga ma Bacci”, “Zikpui”, “Femme” et bien d’autres titres font partie de la riche discographie de l’artiste.

Julie Akoussah –Adokpo Gbadja

https://www.youtube.com/watch?v=1Tl2BKIiOuE&list=RDEMKYZEA7xIf5fjZPx-kJiL7g&index=2

 

Julie Akoussah a chanté un peu partout à travers le monde. Elle est connue tant en Afrique qu’en Europe. C’est une artiste fort appréciée pour les multiples talents.  Elle est lauréate en 1971 du Prix du Festival de la Chanson togolaise organisé à Lomé par le phonographe et promoteur culturel Gérard Akueson. La chanteuse consolatrice est lauréate de nombreux autres prix dont celui de la « Jeune chanson française » en 1976

Julie Akoussah –Rame sans ramer

https://www.youtube.com/watch?v=gGiTEou-5a8

 

Julie Akoussah a chanté en duo avec de nombreux artistes togolais ou étrangers. On l’a vue prester avec son collègue Roger Dama Damawuzan ou avec le saxophoniste camerounais Manu Dibango. En dehors de sa carrière d’artiste chanteuse et musicienne, Mamy s’est essayée avec succès au théâtre de la rue ou «  Cantata ». Sous le nom d’antenne de Falali, elle a été animatrice pendant de longues années d’une émission de variétés sur Radio Lomé et a aussi évolué en qualité de speakerine à la Télévision Togolaise.

Julie Akoussah – « Soir au village » Ft Manu Dibango

https://www.youtube.com/watch?v=Bq0SPrLu0Lk

 

La talentueuse chanteuse togolaise a été par ailleurs présidente de l’Union nationale des artistes Musiciens (UNAM). A rappeler qu’elle a été très proche de jeunes artistes en mettant ses multiples expériences à leur profit. Préparant ses quatre décennies de carrière dans la chanson, Julie Akofa Akoussah tombe soudain malade au point d’être évacuée d’urgence sur Paris. Elle y mena un combat vain contre la maladie. La chanteuse consolatrice décède le 24 avril 2007 à l’âge de 57 ans. Sa dépouille rapatriée à Lomé fut inhumée le 19 mai suivant au cimetière d’Atti –Attovou, sa localité d’origine située dans l’Avé à plus d’une soixantaine de kilomètres de Lomé.

Un (e) artiste ne meurt jamais, ses œuvres résistent toujours au temps et c’est le cas de la regrettée Julie Akoussah, cette artiste qui, des années durant, a travaillé avec énergie pour chanter, égayer et consoler au -delà de son Togo natal. Quinze ans déjà qu’elle a gagné le panthéon des artistes africains, tout le peuple togolais est reconnaissant à Akofa qui compte à son actif plus d’une dizaine de disques 45 Tours, deux maxi 45 tours, 2 disques 33 tours, 2 CD. On ne  peut se lasser d’écouter les nombreux morceaux de la discographie de Julie Akoussah. Une messe souvenir et d’action de grâces en sa mémoire est organisée ce dimanche 24 avril 2022 à partir de 10 heures en la Paroisse Immaculée Conception de Nyékonakpoé à Lomé au Togo. 

Julie Akoussah –Mitso Aseye 

https://www.youtube.com/watch?v=ZMEqFnuy77I

 

Ekoué Satchivi, Journaliste Culturel en collaboration avec Fatima Kuma (Animatrice , Journaliste)


Retour aux articles