mannequin.jpg
Mode
miriam.jpg
Memoire
tyrese.jpg
cinéma
miss 5.png
Fashion
art2.webp
Art
logo Grace Diffusion.jpg
Musique Gospel
QUEEN ETEME.jpg
musique
image003.jpg
Association
PN logo.jpg
Mon AFRIQUE

TOGO / LE RAPPEUR YAO BOBBY SE MOBILISE CONTRE LE CORONAVIRUS

by Alain mouaka


Posté le April 12, 2020 10:43 | Vues 362


yao bobby.jpg

Surnommé le rappeur Africain, Yao Bobby n’est plus à présenter. Engagé depuis les années 90 au côté de son groupe Djanta Kan pour le meilleur devenir des peuples d’Afrique à travers un rap porté par la richesse artistique et musicale de son pays le Togo, cet amoureux de l’Afrique ne ménage aucun effort pour faire entendre la voix de la raison. « Histoires d’un continent » est son premier album coédité par RFI en 2012, initiateur d’échanges avec la création de son centre culturel et son festival « Désenchaînés » à Agbodrafo au Togo, YaoBobby assume avec brio le statut de l’inventeur de l’Afrohiphop. « Afreekan Village » est le titre de son dernier album en date, un coffret qui chante la vie et le quotidien en Afrique sans langue de bois. On lui doit le titre «Diamonds" dont la vidéo a été nominé Meilleur Clip Vidéo de Suisse par le Festival Solothurner.

 « Diamonds c'est une réflexion sur le pillage des richesses de l'Afrique, le pillage de son or, des diamants mais aussi de sa culture et de sa force ! Ce n’est un secret pour personne de dire que le monde s’enrichit en Afrique mais paradoxalement les Africains qui sont donc si riches sont toujours à la place et toujours si pauvres. Rira bien qui rira le dernier. » / Yao Bobby

Lorsque ce griot des temps modernes n’est pas sur scène il se consacre à sa seconde passion, l’art plastique, à ce propos il signe une initiative baptisé « L’éducation artistique au recyclage » qui comptabilise déjà deux éditions réalisées au Togo.

En ces heures troubles dûes à la pandémie à coronavirus qui touche le monde, l’artiste donne de la voix.

 

 

Pensées Noires : Yao Bobby, Pensées Noires magazine est honnoré de recevoir un défenseur de l’Afrique de votre calibre, vous donnez de la voix à travers un projet baptisé Journal Rappé, éclairez nos lanternes?

Yao Bobby : Bénédictions à toute l’équipe de Pensées Noires magazine, merci pour l’invitation. Inspiré par mon frère Xuman du Sénégal qui est à l’initiative d’un Journal Rappé, cela fait presque deux ans que je produis régulièrement un JRT, Journal Rappé Togolais dont la mission est de présenter une information, la plus objective possible, chiffrée et documentée. Cette information est présentée sous une forme artistique, le rap, en français et en éwé, dans le but de toucher le plus grand nombre de personnes.

 

Pensées Noires : En ces deux ans d’activité et de production quels sont les sujets que vous avez abordé?

Dans le Journal Rappé nous avons rendu hommage aux enfants décédés pendant les marches en 2018, des nouvelles assurances scolaires, des dispositifs de santé mis en place par l’état, du système scolaire et j’en passe ; Le JRT se veut un vecteur d’information, d’éducation et de réflexion pour les citoyens d’aujourd’hui et de demain.

 

Pensées Noires : La pandémie à coronavirus force l’actualité de l’heure, il vous a été impossible de fermer les yeux sur ce mal bien entendu

Il m’a paru essentiel de parler du coronavirus car je me suis aperçu du manque d’information et de connaissance autour de moi. Les écoles ont fermé ce qui est déjà une bonne chose , mais les enfants sont désoeuvrés et certains traînent tous ensemble dans la rue, pire encore il y’en a qui ignorent les gestes barrieres ou s’en moquent, ce qui est grave à mon sens. J’ai trouvé qu’il était très important de faire un JRT accessible à tous pour essayer de faire entendre raison aux gens qui vivent autour de nous et qui n’ont pas accès à l’information.

 

Pensées Noires : Vous avez fait appel à des artistes de la chanson togolaise afin de porter haut et fort  ce message, lesquels ?

Ils sont nombreux: Daflag, Tesko le Verbe, Kelhy, Likidjo, Kaporal Wisdom, Kanaa, Momo Kankua et J’en passe. Chacun passant le message dans la langue de son choix, touchant un maximum de personnes aux quatre coins de notre pays.

 

Pensées Noires : Quel est le message qui est adressé aux populations?

Ce titre évoque les gestes barrrieres à adopter, il dit ce qu’est ce virus qui empêche nos enfants d’aller à l’école, qui enferme des pays comme la France, qui empêche la population active de vaquer à ses occupations comme à son habitude car nous avons à faire à un virus qui est tres Contagieux et qui tue, un virus invisible mais très puissant et  nous devons tous nous montrer responsables en prenant la décision de limiter nos déplacements et de nous laver les mains, et aussi de transmettre l’information autour de nous.

 

Pensées Noires : Vous êtes basé à Agbodrafo où se trouve le siège de votre fondation et centre culturel Les Changeurs, sentez-vous dans ce milieu une prise de conscience des populations face aux dangers  du covid-19?

Je sens que les gens ont peur, mais comme ils ne sont pas assez informés je ne vois pas une réelle prise de conscience. Vous savez c’est une situation compliquée. Le virus est là, présent, très contagieux mais l’Afrique est quoiqu’on dise épargnée par un taux de mortalité vertiguex comme dans les pays les plus touchés. On doit faire attention car comme j’ai eu a l’entendre dans une discussion dans une ruelle non loin de chez moi :  “ en Afrique les gens ont à choisir entre tomber malades et ne pas vraiment le sentir ou juste sentir un palu, comme ils en ont l’habitude ou mourir de faim parce qu’ils restent confinés chez eux au lieu d’aller chercher de quoi nourrir la famille.” ; ce genre de propos glace le sang pour le rappeur engage que je suis, j’ai l’impression que l’Africain est oblige de faire des choix difficiles pour vivre. En tout cas une chose est clair les gens ont peur, ils fuient dès qu’ils voient un blanc mais n’hésitent pas à se regrouper par dizaine s’ils assistent à un accident. La prise de conscience est réelle mais le manque de serieux dans cette histoire afin de se proteger l’est aussi. Nous allons continuer par sensibiliser les masses avec les moyens de bord.

 

Pensées Noires : Avez-vous un mot à adresser aux autorités africaines dans cette lutte contre cet ennemie invisible donc plus dangereux?

Oui, bien sûr. Il est important de reconnaitre que des efforts sont faits par les autorités pour protéger les populations mais selon moi il faut prendre encore des measures, inciter les gens à rester chez eux, organiser un dépistage massif, distribuer des denrées alimentaires (riz, tomates, maïs, oignons, huile, charbon, sel,…), rendre l’électricité gratuite ect... Je ne veux pas passer pour un donneur de leçon je sais que c’est très difficile de prendre de telles décisions mais il vaut mieux agir vite et fort. Les actions et réactions de la population dépendent vraiment de la direction prise par leurs dirigeants africains. Ensuite j’inviterais les associations, structures et ONG et même les artistes qui se déplacent dans les villages pour des sensibilisations à réfléchir à ce type d’actions. Le virus dit-on ne se déplace pas, c’est nous qui facilitons sa propagation ici et là en ne restant pas à la maison. Si chacun reste chez soi, informe ses proches par téléphone ou réseaux sociaux, si nous respectons les gestes barrières, si nous éduquons et informons nos enfants et les gardons à la maison, nous serons de véritables acteurs contre la propagation de ce virus. Nous ne le repeterons jamais assez, respectez les gestes barriéres. Stay strong, stay home, stay quiet.


Retour aux articles

Recherche articles

Récents

December 4, 2020 17:52
Maroc /


December 4, 2020 14:45
Togo / afia mala – amégan

Magazines gratuits !

COVER PENSEES NOIRE.jpg
Penseesnoires magazine teasing
Télécharger gratuitement


Voir plus