mannequin.jpg
Mode
miriam.jpg
Memoire
tyrese.jpg
cinéma
miss 5.png
Fashion
art2.webp
Art
logo Grace Diffusion.jpg
Musique Gospel
QUEEN ETEME.jpg
musique
image003.jpg
Association
PN logo.jpg
Mon AFRIQUE

Magazine Rubrique:articles

TOGO / MA FÉMINITÉ, MA FORCE

by

Alain Mouaka

Posté le March 7, 2020 23:06


pensées noir 8 mars.jpg

A l’occasion de la journée internationale des Femmes ce 8 Mars 2020, Pensées Noires magazine présente Ma Féminité, Ma Force, une série d’articles consacrée à huit Femmes, toutes activités confondues, dans huit pays d’Afrique et du monde, articles donnant la parole à 64 femmes livrant leurs ressentis aussi bien dans la société que dans leurs secteurs d’activités.

Pour notre première série nous avons rendez-vous avec huit femmes Togolaises du continent et de la diaspore.

 

 

CLAUDIA, UN MINISTERE SANS COMPLEXE

 

De nationalité togolaise Claudia ATCHOU fidèle Pamela est une passionnée de musique depuis son enfance. Porté par un amour fort pour le Gospel, dès l’âge de huit(8) ans avec le soutien de ses parents, elle commence par chanter dans la chorale de son église.  A 15ans elle se plonge à fond dans sa passion en tant que choriste sous la direction de XEREX K. POL arrangeur, compositeur et  artiste, c’est de là que sa carrière connait véritablement un tournant. Claudia voulant scruter le monde musical elle se frotte très vite avec divers nom de l’univers musical national et international. Elle foule ainsi plusieurs scènes avec des choristes et leaders de chorale. Avec sa rigueur dans le travail elle capte l’attention de son publique par l’entremise de ses chants et sa voix, une touche qui lui est particulière qui saute aux yeux et fait mouche ; On note d’ailleurs sa collaboration avec le Pasteur Emanuel O.J sur le titre AMOUR INCONDITIONNEL en 2018. En cette même année, Claudia signera un contrat de production avec la structure de production GRACE DIFFUSION , un contrat qui ouvre d’autres portes à cette adoratrice du Très Haut  qu’elle loue à travers son premier single officiel sorti en 2019 baptisé My Lord  . 2020 réserve assez de surprises pour les mélomanes et fans de l’artiste, d’une part une émission télé dénommée « Claudia Interroge »  et d’autre part un événement culturel en pleine préparation.

 

 

Pensées Noires : Comment vous sentez- vous dans votre peau de femme en 2020 ?

Claudia : Je me sens hyper bien, forte et capable d'y arriver, peu importe ce que 2020 nous réservera ; Je me sens prête à affronter les situations qui se présenteront devant moi ; Ma position de Femme en 2020 n’est en aucun cas un handicape.

 

Pensées Noires : « Je suis de la génération égalité : Levez-vous pour les droits des femmes » est le thème de la Journée Internationale des Femmes, une réaction ?

Claudia: Pour ma part je pense que la femme devrait prendre conscience du rôle qu'elle a à jouer dans ce monde, son importance et sa valeur dans le monde, dans la vie de couple en tant que mère et épouse mais pas seulement, en tant que femme avec des idées pouvant apporter un plus dans la société. Tout ceci lui permettra de défendre et réclamer ses droits.

 

Pensées Noires : Comment vivez-vous votre profession ?

Claudia: En tant qu'artiste, amoureuse de la musique, un art que rien au monde ne peut m'y arracher, je dois reconnaitre et être honnête, ce n'est pas du tout facile comme métier, mais ce qui est un grand soulagement c'est une profession qui m'apporte de la joie, du sourire, de la gaieté et l'espoir qu'un jour j’en profiterais totalement.

 

Pensées Noires : Comment êtes-vous perçue par les hommes de votre entourage ou dans votre domaine d’activité ?

Claudia: Le faite d'être courtiser de gauche à droite juste par ce que tu as une belle voix qui peut faire carrière franchement ça fatigue. Il est vrai que dans notre métier on est toujours exposée au regard des autres, j’ajoute que certains hommes respectent mon métier et ma personne mais par contre il y'a toujours des pervers qui ne cachent pas leurs envies de te mettre dans leurs lits et ça c'est embarrassant. C’est à se demander si nous les femmes nous ne sommes que des objets sexuels.

 

Pensées Noires : Qu’est-ce-qui d’après vous est encore sujet à frein à votre plein épanouissement en tant que femme?

Claudia: Ne pas vraiment jouir de sa profession et de mon art me rend vraiment triste, on se pose des questions sur sa vie car on a l’impression d’avancer en mode ralenti (rire)

 

Pensées Noires : Avez-vous des modèles de femmes qui vous inspirent ?

Claudia: Bien sur que j'en ai et elles me rendent fier d’être femme à l’instar de Mme Victoire Dogbè, Ingrid Awade, Mme Abitor, Tasha Cobbs ou encore Ceccy Twum

 

Pensées Noires : Etes vous prête à sacrifier vos rêves par amour ?

Claudia: Ah pour être franche (rire) Je ne pourrais répondre à cette question car cela dépendra des circonstances.

 

Pensées Noires : Partagez avec nous l’un de vos plus grands défis à relever 

Claudia: Offrir de l'amour aux enfants qui ne l'ont jamais eu, être un modèle pour la jeunesse notamment les jeunes filles.

Lire plus

TOGO / MA FÉMINITÉ, MA FORCE

by

Alain Mouaka

Posté le March 7, 2020 22:57


pensées noir 8 mars.jpg

 

A l’occasion de la journée internationale des Femmes ce 8 Mars 2020, Pensées Noires magazine présente Ma Féminité , Ma Force, une série d’articles consacrée à huit Femmes, toutes activités confondues ,dans huit pays d’Afrique et du monde, articles donnant la parole à 64 femmes livrant leurs ressentis aussi bien dans la société que dans leurs secteurs d’activités.

Pour notre première série nous avons rendez-vous avec huit femmes Togolaises du continent et de la diaspore.

 

CHRISTELLE FLAGBO, L’EXPRESSION DES VISAGES

 

Cristelle FLAGBO est une jeune artiste plasticienne en perpétuelle quête d'expression artistique. Ces œuvres vivent sur les murs de plusieurs passionnés d'arts en Afrique et dans le monde entier. En effet, Cristelle FLAGBO est une signature, son approche artistique reconnaissable et ces visages sortant de l'obscurité aux regards si attendrissants sont l'un des symboles de l'expression de ces artistes qui portent avec fierté ses dreadlocks du haut de ses 1,65m. Elle voue une admiration à la spécificité de la beauté Africaine ; les traits qui apparaissent dans la plupart de ses tableaux sont un rappel aux scarifications qui sont un signe extérieur de beauté pour bien de nombre de peuples africains. Pour elle, les scarifications sont belles, signes distinctifs et spécifiques de la beauté africaine. La longue série de tableaux aux visages scarifiées sont un hommage, un contrepied à la vision de cette frange de la population qui les assimile à des mutilations. Cristelle s'inspire du vécu des hommes et des femmes africaines, sa collection sur l'unité africaine est un miroir dans lequel chaque africain peut se reconnaitre, l'éclat des couleurs et la diversité des motifs est une photographie de l'Afrique dans sa globalité. Les grands formats de cette collection sont un véritable hymne à la joie, un feu d'artifice fait de visages et de regards et pour d’autres, une bulle de sonorités. « Je m'inspire du quotidien, de la société donc des êtres humains et de ce que l'on ignore... » dit Cristelle lorsque l'on lui demande d'où lui vient son inspiration. « Ma peinture met en avant des attributs physiques et psychologiques de personnages à travers un travail autour des visages. La mise en avant du regard tantôt humain- tantôt animal, l'utilisation des techniques inspirées de celles du tatouage, les collages des morceaux de tissus africains sont une marque de mon travail où la peinture, le dessin et les couleurs viennent transfigurer l’œuvre » Cristelle FLAGBO

 La couleur préférée de cet artiste pleinement investi dans son expression et parfaitement maîtresse de la symbolique et des messages véhiculés par ses œuvres, est la couleur orange, qui est définie par certains comme étant stimulante et souvent associée à l'énergie et à l'action. Pour d'autres cette couleur évoque le soleil, la chaleur, le feu, la lumière et véhicule des valeurs de communication et de créativité. Elle transmet de la joie, du plaisir et de l'optimisme, autant de mélange qui cadrent bien avec la personnalité énergique de Mlle FLAGBO.

Quand on lui demande pour qui peint-elle ? Elle répond peindre tout abord pour elle même et par la suite pour transmettre des messages au plus grand nombre.  Appréciée par des amateurs d'arts d'origines diverses, elle caresse le rêve d'être plus connue par ses compatriotes togolais, mais aussi par un public africain et est disponible pour collaborer en  avec les musées et autres galeries sur le continent et bien au delà. Sa touche première est la peinture acrylique qu'elle associe à des cordes, du pagne, du papier journal ; l'art pour elle est une richesse au même titre que l'or. Cristelle et son art ne font qu'un et la joie qui transpire de ses œuvres est un pur régal, son rire tonitruant et son sourire enchanteur ajoutent au plaisir des yeux une touche d'humanité hautement appréciable. Ses œuvres vous regardent et se laissent regarder, elles sont tellement vivantes.

 

 

Pensées Noires : Comment vous sentez- vous dans votre peau de femme en 2020 ?

Cristelle Flagbo : En temps que femme en 2020, je me sens confiante et bien dans ma peau, je suis épanouie.

 

Pensées Noires : « Je suis de la génération égalité : levez-vous pour les droits des femmes » est le thème de la Journée Internationale des Femmes, une réaction ?

Cristelle Flagbo : Personnelle ce thème résume tout pour moi vue l'allure à laquelle le monde bouge et les générations qui se métamorphosent selon les années. Mais tout de même je pense que cette réclamation doit être mise en actions et non juste une idée que l’on émet pour satisfaire un camp ou un autre.

 

Pensées Noires : Comment vivez-vous votre profession ?

Cristelle Flagbo : Parlant de ma profession, je le dis sans aucun doute, je la vis très bien.

 

Pensées Noires : Comment êtes-vous perçue par les hommes de votre entourage ou dans votre domaine d’activité ?

Pour tout vous dire dans mon domaine d'activité, j’étais perçue comme une folle au départ (rire), non pas seulement par les hommes mais aussi par les femmes aussi mais aujourd’hui la courageuse à pris les devants. Pour revenir aux hommes puisque votre question les pointe du doigt (rire), c’est mon travail qui a forcé leur respect et amitié, pas de cadeau avec eux, toute place se mérite mais bon après on ne peut pas plaire à tout le monde, bien malin qui nous dira le pourquoi (rire)

 

Pensées Noires : Qu’est-ce-qui d’après vous est encore sujet à frein à votre plein épanouissement en tant que femme?

Le sujet à frein à mon épanouissement en temps femme, hum je pense que j'ai toujours remarqué qu'il y'a ce truc qui existe toujours chez les "hommes",  les femmes qui ont un pouvoir ou se démarquent par leurs prises de paroles ou décisions sont un souci (rire) chut surtout n’en parlez à personne

 

Pensées Noires : Avez-vous des modèles de femmes qui vous inspirent ?

Mes modèles de femmes qui m'inspirent, Nadia Ka, l'ambassadrice Mme Médina VIZY, Ayawa Alognon et pour ne pas m’arrêter là, je termine avec ma mère qui se nomme BOUNASSI Ayaovi

 

Pensées Noires : Etes-vous prête à sacrifier vos rêves par amour ?

Non et non, il faut toujours faire la part des choses.

 

Pensées Noires : Partagez avec nous l’un de vos plus grands défis à relever ?

Mon grand défi à relever c'est de montrer à travers mon Art dans mon pays et partout dans le monde que la  femme à la capacité d'y arriver dans tous les domaines quel qu’ils soient... Merci Pensées Noires et bonne Journée à toutes les femmes du monde.

Lire plus

TOGO / MA FÉMINITÉ, MA FORCE

by

Alain Mouaka

Posté le March 7, 2020 22:40


pensées noir 8 mars.jpg

A l’occasion de la journée internationale des Femmes ce 8 Mars 2020, Pensées Noires magazine présente Ma Féminité, Ma Force, une série d’articles consacrée à huit Femmes, toutes activités confondues, dans huit pays d’Afrique et du monde, articles donnant la parole à 64 femmes livrant leurs ressentis aussi bien dans la société que dans leurs secteurs d’activités.

Pour notre première série nous avons rendez-vous avec huit femmes Togolaises du continent et de la diaspore.

 

AKOEBA, ENTRE LEGERTE ET PROFESSIONALISME

 

Pensées Noires : Comment vous sentez- vous dans votre peau de femme en 2020 ?

Akoeba : Je me sens accomplie. Nous vivons à une époque où il est de plus en plus facile d’accomplir ses rêves et surtout de s’exprimer librement. Une nouvelle décennie a commencé et 2020 est une autre année pleine d'opportunités et je crois que les femmes peuvent en tirer le meilleur parti.

 

Pensées Noires : « Je suis de la génération égalité : levez-vous pour les droits des femmes » est le thème de la Journée Internationale des Femmes, une réaction ?

Akoeba : Je pense que les femmes sont capables d’accomplir autant que les hommes, voire plus, si l’opportunité leur est présentée. Il revient aux leaders et à la société en général de mettre en place les lois et les mécanismes adéquats afin de permettre à la femme de jouir pleinement de ses droits. La voix de la femme est aussi importante que celle des hommes.

 

Pensées Noires : Comment vivez-vous votre profession ?

Akoeba : Avec passion et dévouement. J’aime ce que je fais et  je le fais avec amour. La musique pour moi est un moyen de motivation et d’expression ; La musique m’aide non seulement à faire ressortir ma personnalité, mon histoire et ce à quoi j’aspire, mais aussi m’aide à communiquer avec des personnes de différentes cultures et ce à un niveau auquel les mots n’ont pas le pouvoir de décrire.

 

Pensées Noires : Comment êtes-vous perçue par les hommes de votre entourage ou dans votre domaine d’activité ?

Akoeba : Le monde de la musique n’est pas du tout facile. Et surtout en tant que femme pour avancer et réussir, il faut avoir une personnalité forte, un moral d’acier et ne jamais baisser les bras. Je possède une éthique de travail qui fait que je suis respectée dans mon milieu et perçue comme étant égale aux hommes. Il faut toujours rester focalisée sur ses objectifs et ne surtout pas laisser les distractions interférer avec le travail. Il faut que l’objectif initial soit toujours mis au premier plan, apprendre de ses échecs et faire de mieux en mieux à chaque fois.

 

Pensées Noires : Qu’est-ce-qui d’après vous est encore sujet à frein à votre plein épanouissement en tant que femme?

Akoeba : Rien. Je pense que pour s’épanouir, la femme n’a pas besoin d’approbation provenant de l’extérieur. Elle possède en elle tout ce dont elle a besoin pour s’épanouir et surtout ne pas calquer son bien-être sur l’opinion d’autrui.

 

Pensées Noires : Avez-vous des modèles de femmes qui vous inspirent ?

Akoeba : Oui, bien-sûr ! Ma mère et ma grand-mère sont les premières sur la liste (rire). Elles m’ont appris à combattre les vicissitudes de la vie avec dignité, quoi qu’il arrive, à garder la tête haute dans un monde inégal et parfois injuste et à se surpasser pour réaliser ses objectifs. Ensuite il y’a la reine Nzinga qui a combattu pendant environ 30 années les portugais afin d’éviter l’invasion de l’actuel Angola. Il y’a aussi Amina de Zaria, qui fut reine des Haoussas, surnommée « la femme aussi capable qu’un homme ». Elle a réussi à conquérir de nouveau territoires, agrandissant ainsi le royaume Haoussa. Elle fit même construire des murs autour de son royaume. Et enfin il y’a l’actrice Lupita Nyongo.

 

Pensées Noires : Etes vous prête à sacrifier vos rêves par amour ?

Akoeba : Ça dépend de quel amour (rires). En tant que femme aucun sacrifice n’est trop grand pour ses enfants. Je conseillerais de ne jamais abandonner ses rêves mais plutôt de trouver un juste milieu. Si vous ne pouvez pas courir, marchez, et si vous ne pouvez pas marcher, rampez, mais ne vous arrêtez surtout pas en chemin. L’objectif ultime doit être d’accomplir ses objectifs, au moins vous pourrez être fière d’avoir essayé (rire).

 

Pensées Noires : Partagez avec nous l’un de vos plus grands défis à relever ?

Akoeba : C’est de pouvoir aider les enfants orphelins vivant dans les rues à avoir une meilleure qualité de vie.

Lire plus