mannequin.jpg
Mode
miriam.jpg
Memoire
tyrese.jpg
cinéma
miss 5.png
Fashion
art2.webp
Art
logo Grace Diffusion.jpg
Musique Gospel
QUEEN ETEME.jpg
musique
image003.jpg
Association

Magazine Rubrique:invites

ECOJOGGING, DU JOGGING AU SECOURS DE NOTRE ENVIRONNEMENT

by

Alain Mouaka

Posté le May 29, 2019 10:19


felix tagba.jpg

Pensées Noires : Felix Tagba, le Togo vous doit ce magnifique projet Ecojogging , depuis quelques années vous alliez activités sportives et sauvegarde de notre environnement pour ne pas dire écosystème, revenons si vous le voulez bien au fondement d'Ecojogging

Félix Tagba : Merci beaucoup pour cette occasion et pour le bon boulot que fait Pensées Noires. Ecojogging est un mouvement mondial éco citoyen qui consiste à courir tout en ramassant les déchets, en priorité les déchets plastiques et à les recycler. L'origine du mouvement remonte à janvier 2017 où au cours de notre traditionnel jogging nous avons remarqué qu'il y avait tellement de déchets parterre. Et puisque la question de la protection de l’environnement nous préoccupe tant, nous avons voulu associer jogging et écologie pour contribuer à notre bien être et protéger notre planète dans une ambiance conviviale. Nous avons lancé l'idée sur les réseaux sociaux et la population s'est jointe à nous. Nous avons fait le premier Ecojogging à Lomé au Togo avec plus de 10Kg de déchets plastiques collectés. C'était très bien et les gens ont beaucoup apprécié. Des citoyens d'autres pays du monde se sont intéressés à l'initiative. Ce qui nous a permis d'avoir des représentants d'Ecojogging dans beaucoup de pays à travers le monde à ce jour.

Pensées Noires : Comment en êtes vous arrivés à convaincre les jeunes qui vous accompagnent dans chaque campagne de Ecojogging?

Félix Tagba : Il y a une conscience qui existe aujourd'hui par rapport à la protection de l'environnement. Les populations, les jeunes en particulier se rendent compte que nous devons agir ensemble pour lutter contre les changements climatiques. Il faut aussi souligner que le sport notamment le jogging est une passion et une nécessité pour tout le monde et particulièrement les jeunes pour leur bien-être, le vivre-ensemble etc. Nous avons juste joint l'utile à l'agréable pour un monde plus meilleur avec l'aide de l'Eternel. Les jeunes sont la relève de demain. Ils acceptent volontiers se joindre à nous pour relever ce défi.

Pensées Noires : En 2018 vous avez présenté un bilan de vos activités, qu'en était-il et que pouvez-vous nous dire concernant les 5 mois écoulés de 2019 ?

Félix Tagba : Fin 2018, Ecojogging a permis de collecter et de recycler plus de 11 tonnes de déchets plastiques dans le monde avec plus de 3000 participants. Les 5 mois de 2019 nous ont permis de voir la possibilité d'implanter le mouvement dans d'autres pays du monde avec des représentants toujours engagés et motivés à continuer cette lutte. Je passe par votre canal pour les féliciter et les remercier. Je remercie également les organisations partenaires  avec lesquels nous travaillons et qui nous soutiennent. Nous avons aussi continué nos actions dans différents pays.

Pensées Noires : Vos récentes publications sur les réseaux sociaux évoquent deux activés l'une pour le 1 juin et l'autre pour le 29 juin à l'occasion de la journée mondiale de l'Ecojogging, faites nous un point?

Félix Tagba : Le 1er juin c'est la Journée nationale de l'arbre au Togo. Pour cette occasion nous ferons un Ecojogging avec Fondacio, comme tous les mois. Fondacio est une organisation très active avec laquelle nous travaillons. Le départ de cette course se fera à 6h30 à la maison communautaire de Fondacio Togo situé à Lomé au quartier Hountigomé, non loin de l'hôtel Memorial. Tout le monde est invité à cette course. Il y aura la possibilité de planter des arbres avant ou après cette course. Le 29 juin sera la Journée mondiale de l’Ecojogging. A cette occasion nous invitons toutes les populations du monde partout où elles se trouvent à faire une Ecojogging. Le principe est simple, ce 29 juin on fait de l'Ecojogging c'est à dire on court (individuellement ou collectivement) tout en ramassant les déchets qu'on recycle après; on se prend en photos ou vidéos en train de faire l'Ecojogging puis on publie le tout sur les réseaux sociaux avec l'hashtag #JMEcojogging. Je tiens également à rappeler qu’il y aura un Ecojogging Daloa Tour en Côte d’Ivoire ce samedi 8 juin.

Pensées Noires : Un challenge pour fin 2019?

Félix Tagba : Comme toujours, notre défi est d'arriver à faire l’Ecojogging dans tout le monde entier et mener des actions pour changer le monde en ce qui concerne la protection de l’environnement et le bien-être des populations. Nous poursuivons ce défi. Tout le monde peut se joindre à nous via nos réseaux sociaux @ecojoggingou notre site web : www.ecojogging.orgpour relever ce défi qui nous concerne tous. Merci à Pensées Noires magazine et félicitation à tous ceux qui se battent pourque nous puissions vivre dans un monde plus saints.  

Lire plus

AFRIKIMAGES : "NON, L'AFRIQUE N'EST PAS QUE LE CONTINENT DES ENFANTS AUX VENTRES BALLONNÉS"

by

Alain Mouaka

Posté le May 28, 2019 18:21


image Afrique.jpg

Des photographes africains s'associent pour raconter le quotidien d'un continent "dynamique". Une Afrique aux mille facettes, à l'opposé de l'image négative qui lui colle à la peau.

Ils en ont assez des clichés présentant une Afrique misérable, peuplée d’enfants aux ventres ballonnés, un continent déchiré par la faim et par des guerres interminables. Non, l’Afrique, ce n’est pas que cela, explique à franceinfo Afrique, le photographe gabonais Désirey Minkoh. Il est le fondateur d’Afrikimages, une agence panafricaine qui regroupe une quinzaine de photographes africains.

"Nous voulons raconter le quotidien du continent africain en tant que photographes africains. Je ne crois pas qu’il y ait quelqu’un d’autre mieux placé que nous pour le faire. Nous sommes sur le terrain en permanence. Nous sommes opérationnels 24 heures sur 24", explique le fondateur d’Afrikimages.

Combler un vide

Désirey Minkoh sait de quoi il parle. Il a dirigé pendant plusieurs années le service photo du quotidien national gabonais L’Union avant de travailler pour l’Agence France Presse comme correspondant en Afrique centrale et occidentale. Des années de collaboration pendant lesquelles il a mûri son projet. Il a très vite réalisé la difficulté, pour les envoyés spéciaux des grandes agences, d’appréhender les réalités très complexes du continent africain.

Les envoyés spéciaux viennent pour quelques jours. Ils doivent rentabiliser leur séjour. Il est très difficile pour eux de s'intéresser à la vie quotidienne des gensDésirey Minkoh, fondateur de l'agence Afrikimagesà franceinfo Afrique.

Des reportages authentiques auprès des gens

Afrikimages Agency, c’est la plateforme sur laquelle Désirey Minkoh et ses camarades proposent à leurs clients, des photos du continent africain dans toute sa diversité. On peut s’abonner ou acheter en ligne des éléments choisis dans une banque de 50 000 images déjà disponibles.

Ce sont des photos prêtes à être publiées autour d’événements politiques, économiques, culturels et scientifiques. Et des reportages authentiques sur la vie quotidienne des gens vivant loin des centres urbains. Là-bas, on y trouve aussi la joie de vivre, contrairement aux idées reçues, témoigne Désirey Minkoh.

"J’ai devant mes yeux la photo d’un jeune garçon tout heureux, qui se baigne dans une rivière. Cet enfant vit dans une case d’un village reculé. Son regard est rayonnant. Ce n’est pas parce qu’on vit dans un building qu’on est forcément heureux. Il faut arrêter de penser que le continent africain est une terre de désespoir", plaide Désirey Minkoh.

Aucun partenaire étranger n’a été associé au projet

Le fondateur d’Afrikimages reste modeste. Son agence démarre avec un petit budget. Aucun partenaire étranger n’a été associé au projet. Il n’est donc pas question d’entrer tout de suite en concurrence avec les grandes agences. "Nous n’avons ni les moyens humains, ni les moyens financiers pour le faire", reconnaît-il.

Désirey Minkoh explique à franceinfo Afrique que sa priorité est de travailler avec ses camarades photographes pour faire connaître l’agence Afrikimages et la rendre crédible auprès de la presse internationale notamment. Ils espèrent que leur travail permettra de mieux faire connaître le continent.

Notre défi est de constituer une mémoire photographique de l'Afrique. C'est à nous de mettre en place cette banque d'images qui servira aux générations futuresDésirey Minkoh, fondateur de l'agence Afrikimagesà franceinfo Afrique

Le fondateur d’Afrikimages se souvient avec amertume que pour réaliser deux projets d’exposition consacrés à son pays, il avait été obligé d’acheter plus de la moitié des photos à des agences étrangères. Un problème auquel son agence entend remédier.

Source : https://www.francetvinfo.fr/monde/afrique/societe-africaine/afrikimages-non-l-afrique-n-est-pas-que-le-continent-des-enfants-aux-ventres-ballonnes_3456641.html#xtor=CS2-765-[twitter]-

Lire plus

WAPONDI ANNONCE SLAM NANA BENZ 3

by

Alain Mouaka

Posté le May 28, 2019 12:48


wapondi festival.jpg

Pensées Noires : Wapondi vous êtes baptisée La Déesse du Slam au Togo par vos paires, votre actualité ajoute une corde à son arc « Slam Nana Benz », revenons aux fondements de cette initiative, que vise « Slam Nana Benz » ?

Wapondi: Slam Nana Benz est un projet visant à mettre en avant la valeur de la femme, son potentiel qui n’a rien à envier à l’homme (rire), donc la femme au travers de sa création artistique. Il est important pour nous de bannir l'idée préconçue qui relègue la femme à un second plan ou rôle, celle de la femme soumise qui n'a pas son mot à dire dans la construction de la société.

 

Pensées Noires : Que le temps passe vite vous, déjà  la troisième édition cette année, un résumé des deux derniers rendez-vous ?

Wapondi: Ces deux dernières éditions ont été une parfaite réussite. Une vingtaine de jeunes filles (slam Nana Benz Ladies) à Lomé et à Bassar ont été formées en écriture et en performance scénique. Aujourd'hui elles sont outillées à prendre la parole et à défendre des causes nobles.

 

Pensées Noires : « Santé sexuelle en milieux scolaires » est le thème de l’édition 3 de « Slam Nana Benz » prévue du 8au 26 Juillet prochain à Lomé, Kara et Bassar, quel est le programme qui va meubler cette période?

Wapondi: Alors une semaine d'ateliers en écriture, performances scéniques  en vie de femme seront accordées aux jeunes filles a Lomé et a Bassar avec pour finalité une restitution. A kara il est prévu une rencontre de discussion avec les slameurs de la localité aboutissant à une scène ouverte. Il faut avouer qu'il est aussi prévu le 18 juillet  une projection et échanges autour d'un film "Voix de Femmes" de Gaelle Rauche (slameuse française) à l'Institut français du Togo. Pour finir un grand spectacle apothéose aura lieu le 26 juillet 2019 à Lomé. Un ajout, sont également invités des slameurs venant du  Bénin, Burkina Faso, France et du Niger

 

Pensées Noires : Concernant ces ateliers les inscriptions sont-elles déjà ouvertes si oui, comment s’inscrire?

Wapondi: Oui les inscriptions sont ouvertes ; Peuvent s’inscrire  les jeunes filles de 15 à 22 ans résidant à Lomé et à Bassar. Des Contacts si vous le permettez : 90510775 ou 91314759

 

Pensées Noires : Wapondi le slogan que tu aimes à partager à chaque fois que tu en as la possibilité est « Slam is love », quel en est la quintessence ?

Wapondi: Il faut tout d'abord préciser que "slam is love" est  une association présidé par le slameur Momo Kankua. L’amour est au centre de tout développement et épanouissement et pour nous qui portons et vivons cet art qu’est le slam, nous croyons qu’il est par excellence un art oratoire qui éduque, instruit, conscientise, divertit et développe notre niveau de réflexion, un art qui prône l'unité, l’amour des peuples, bref le slam est amour. Slam is love.

Lire plus

Recherche articles

Récents


203.png
February 18, 2020 11:31
Rd congo / le coin du penseur


Magazines gratuits !



Voir plus