mannequin.jpg
Mode
miriam.jpg
Memoire
tyrese.jpg
cinéma
miss 5.png
Fashion
art2.webp
Art
logo Grace Diffusion.jpg
Musique Gospel
QUEEN ETEME.jpg
musique
image003.jpg
Association
PN logo.jpg
Mon AFRIQUE

Magazine Rubrique:invites

TOGO / HUMOUREMENT VOTRE LÈVE SON RIDEAU POUR VALENTIN VIEYRA

by

Alain Mouaka

Posté le May 23, 2020 17:35


valentin vieyra.jpg

Humourement Votre est une série d’interviews décalées de la réalité dans le but d’une part, d’amuser les populations en ces moments troubles où la crise sanitaire causée par la pandémie à coronavirus est le sujet de discussion de tous, et d’autre part, soutenir les présidents du monde à travers un discours porté par des humoristes qui pourraient leurs apporter un peu de sourire en ces moments difficiles. Humourement Votre est donc une interview accordée aux chefs/cheffes d’états Africains (c’est de l’humour svp), fauteuil qui fait rêver plus d’une personne mais dont la fonction n’est pas de tout repos. Pour vous replonger dans la droite ligne à penser d’Humourement Votre, les invités de cet échange sont donc des présidents et présidentes nouvellement élus.

 

Pensées Noires : Mr Le Président bonjour, nous vous remercions d’avoir accepté l’ invitation de Pensées Noires magazine malgré votre emploi du temps chargé focalisé sans nul doute sur la crise sanitaire à coronavirus qui est une course contre la montre, nous y reviendrons bien entendu

Valentin Vieyra : Je vous remercie aussi de m’avoir invité car ce n’est pas du tout évident en ces temps-ci d’inviter quelqu’un chez soi. J’avoue ma peur car je connais quand même vos pensées, je veux dire vos pensées noires….Mais bon comme vous l’avez dit, nous y reviendrons bien entendu

 

Pensées Noires : Mr Le Président, vous n’avez pas toujours occupé pareille fonction, l’humour était votre cheval de batail, comment est née en vous cette aptitude à faire rire les autres ?

Monsieur le journaliste je vais vous décevoir et par la même occasion vous renvoyer à plus de recherches sur ma personne. J’ai toujours été Président car ma grand-mère l’a toujours pensé de moi. « Je pense donc je suis », qui veut dire en Anglais « Cogito ergo sum ». Donc comprenez Monsieur le journaliste que  j’ai toujours été Président. Et une chose que vous ne connaissez surement pas, excusez-moi je ne vous insulte pas même si c’est le cas, entre Président et Humoriste il n’y’a pas grande différence.  Car Président comme Humoriste nous avons le privilège de nous tenir devant le peuple, de mentir au peuple et le peuple nous applaudis. Merci d’avoir applaudis vous aussi Monsieur le Journaliste. Donc bref à votre question de savoir comment est née cette aptitude en moi de faire rire les autres, comprenez qu’elle est née de la même manière que moi, par césarienne.

Pensées Noires : Une aptitude forcement à travailler au jour le jour, il y’avait-il déjà des modèles inspirants et comment avez-vous fait vos armes ?

Oui c’est tout à fait normal Monsieur le journaliste. D’ailleurs je vous le souhaite, quand vous naissez par césarienne cela veut dire que vous avez choisi un moyen différent du normal. Donc il vous faut plus de travail au jour le jour pour vous ramener à la normal. Donc comme modèle j’avais pas beaucoup mais je peux citer Jamel Debouzz, Les Inconnus, Thomas Ngijol , Eddie Murphy, Will smith, , Adama Dahico, David Ganda, Folo, tous des collègues césariens.

 

Pensées Noires : Qu’est-ce-qui a été le plus dur à vos débuts ?

Vous me donnez des larmes aux yeux. Le plus dur à mes débuts c’est ma famille, mes parents et surtout ma mère. Parce que quand on vous met au monde par césarienne c’est toujours dur pour la mère car elle a été coupé du ventre, ensuite c’est dur pour le père car il devra attendre que tout se cicatrice avant de reprendre du service pour te donner un petit frère ou une petite sœur. Et pour toi l’enfant c’est dur car au moment où tes camardes sortent par la porte toi tu choisis de sortir par la fenêtre, donc du coup tu es mal vu par les autres, c’est de la sguatima….smatigua…..Sti..ma..tiga….. Stigmatisation….Voilà. Merci …Et avec tous ça tu grandis et tu te dis que tu veux devenir humoriste…Tes parents ne peuvent pas accepter et c’est dur pour toi. Mais ça c’était à mes début, heureusement aujourd’hui je suis Président.

 

Pensées Noires : A quel moment les choses ont-elles commencé par être sérieuse où vous avez senti que vous étiez prêt à jouer dans la cour des grands ?

Valentin Vieyra : Donc jusqu’à présent vous jugez que les choses n’ont pas encore commencé ou que ce n’est pas encore sérieux ? Vous me voulez quoi Monsieur le journaliste ? Bon !!! Les choses sérieuses ont commencé du moment où la césarienne est devenue gratuite. En effet j’ai souffert avant ce moment, et une fois que les parents ont commencé à croire en ce que j’ai choisi de faire j’ai compris que c’était ma voie. Après le peuple a validé et a voté pour moi. Mais tout a vraiment commencé le jour où quelqu’un que j’appréciais particulièrement  m’a vue sur une scène où j’étais abandonné par les miens et j’ai fait du one man show. Cette personne m’a vue et m’a dit j’ai un projet de Comedy club et je te veux. Je parle de Folo, Paix à son âme, aujourd’hui il n’est plus, il nous a quitté par césarienne.

 

Pensées Noires : Remontons toujours le temps, rappelez-vous de votre première scène à succès qui a confirmé votre talent ?

Monsieur le journaliste vous vous croyez dans 24Heures CHRONO ou quoi ??? Vous aimez trop remonter le temps. Mais pour vous prouver que je ne suis pas bête je vais vous répondre. Ma première scène à succès était à Dényigban lors du festival international les premières moussons du rire du grand frère Frédéric Gakpara qui aujourd’hui est devenu un collègue politichien (Rires) Vous comprenez maintenant qu’un Président et un Humoriste c’est le même homme, c’est juste le salaire qui est différent, Sinon on fait le même métier.

 

Pensées Noires : De quoi il était question dans votre dernier spectacle avant la crise sanitaire à coronavirus?

Bon avant la crise nous on parlait de  la crise. Cela vous étonne ???  Nous on anticipe, c’est la vision 2030. Mon spectacle intitulé « les sans titres de Valentin » parlait de la femme. De toi à moi dis-moi la femme ce n’est pas une crise ? Maintenant si tu n’es pas convaincu et tu veux savoir de quoi cela parle vraiment, viens désormais après la crise à mes spectacles et en ce moment de crise vas sur ma page youtube en tapant juste Valentin VIEYRA.

 

Pensées Noires : Votre passage sur le prestigieux plateau Le Parlement du Rire initié par Mamane diffusé sur Canal + a fait de nombreux heureux, vous abordiez les caractéristiques du soldat Africain, est-ce le soldat de votre pays ?

Valentin Vieyra : (Rire) Celui qui a dit que l’avenir appartient à celui qui se lève tôt, c’est parce qu’il n’a pas encore croisé le chemin d’un soldat africain. Monsieur le journaliste, je vois qu’il y’a beaucoup de choses que tu ne connais pas. L’Afrique est un grand et seul pays. Nous avons les mêmes caractéristiques quelque soit le métier. Par exemple les footballeurs de tous les pays africains mettent l’âge de leur dernier enfant sur leur naissance au lieu de leur vrai âge. Les journalistes de tous les pays africains posent des questions auxquelles eux-mêmes n’ont pas de réponses. Les présidents de tous les pays africains sont de bons présidents, Ou bien Monsieur le journaliste ?

Pensées Noires : Avez-vous déjà eu une interaction avec un soldat ?

Oui, plusieurs fois même. Je me rappelle aux feux tricolores un soldat m’a eu.

Soldat : Hé mon ami sert la-bàs et puis tu sors de ton vélo. hééé blague à part pagaille à coté…..

Le soldat  m’a eu au grand marché. Il me retire ma moto. Je lui ai demandé pardon de toutes les façons sauf de la seule façon que lui souhaitait, il a refusé. Il était callé sur sa décision de déposer  ma moto au commissariat. A un moment j’étais dépassé, je ne pouvais rien faire, je ne pouvais rien dire. C’est en moment j’entends le soldat togolais crier « Hé mon ami j’ai dit j’amène ta moto au poste, tu ne dis rien ??? Ton pantalon n’a pas de poches ? »

 

Pensées Noires : Aujourd’hui vous occupez la plus haute fonction de l’Etat, racontez nous une journée de travail au palais présidentielle

Une journée présidentielle ne se raconte pas, elle se vit. Et vous je vous vois venir. Avec vos pensées noires là je te voyais depuis. Je savais que c’est pour ça tu disais on va revenir la dessus bien entendu.

 

Pensées Noires : Vous qui aviez tiré sur les soldats au Parlement du Rire, quelle attitude avez-vous face à eux aujourd’hui que vous êtes le Chef des corps habillés ?

Moi ?? Tirer sur quelqu’un ? En plus un soldat ? Et où ? Au parlement !!! Pardons reformulez votre question sinon je ne reconnais pas les faits pour lesquels vous m’accusez. Je le dis et je le redis, les soldats ce sont de bons amis à moi, ce sont eux qui m’ont permis d’être ici. D’ailleurs je suis chef des corps habillés. Imaginez un instant, sans eux je serai quoi ?? Chef des corps déshabillés ? Vous voulez m’envoyer vers la prostitution ?

 

Pensées Noires : L’Afrique est touchée par la pandémie à coronavirus, votre pays aussi, des mesures ont été mises en place par votre gouvernement afin de freiner le nombre des contaminés et surtout mettre hors d’état de nuire le covid-19, nous nous adressons tout d’abord à l’homme, comment allez-vous, comment tenez-vous, et votre moral ?

Je vais bien, je me tiens bien et mon moral va bien Monsieur le journaliste. Vous avez dit l’Afrique souffre d’une pandémie, mon pays souffre d’une pandémie et non le Président souffre d’une pandémie. Retenez qu’il y’a l’Afrique et il y’a le Président. Le Président va bien. C’est le plus important.

 

Pensées Noires : Cette situation de crise délicate causée par le covid-19 dans les pays est préoccupante, les étapes sont différentes selon les pays, on parle de déconfinement partiel, tout le monde s’essaie à trouver la bonne formule, entre temps ailleurs les cas de contamination augmentent au moment où  chez d’autres  on sent que les populations sont imprudentes car veulent vite retrouver leurs vies d’avant, qu’en est-il de votre pays ?

Dans mon pays, le président va bien. C’est juste une crise sanitaire, et non une atteinte à la souveraineté de l’Etat. Donc ne vous alarmez pas Monsieur le journaliste.

 

Pensées Noires : Le Président Malgache brandit avec fierté et fait campagne pour le remède trouvé contre ce virus baptisé  covid-Organic, avez-vous eu des échanges avec Son excellence Malgache ?

Pour la seule fois j’apprécie votre question. Et bêêh !!! Oui j’ai échangé avec mon collègue malgache Andry Ravajo….Ramajo, Haoujo… Bon !!! Andry Angélina. Vous connaissez son nom surement, d’ailleurs c’est votre métier et non le mien. Chacun n’a qu’à faire son boulot. Donc je disais que j’ai échangé avec lui et je l’ai personnellement et au nom de tout mon pays félicité. Dieu merci il m’a donné les ingrédients de Covid-Organic. Donc c’est avec fierté que nous aussi on a commencé la production du remède ici.

 

Pensées Noires : Tous les esprits sont en attente de l’après coronavirus, quelles est la première chose que vous ferez lorsque le monde tournera la page du covid-19 ?

Je ferai un discours.

 

Pensées Noires : Mr Le Président regrettez- vous votre ancien statut d’humoriste ?

Valentin Vieyra : (Rire) Monsieur le journaliste c’est comme si vous me dites que vous regrettiez d’avoir été à l’école avant d’être aujourd’hui journaliste. J’avoue quand même que j’ai des doutes. Moi non, je ne regrette pas. Plutôt cela m’inspire pour mon nouveau statut.

 

Pensées Noires : Pour finir  Son Excellence Monsieur Le Président, supposons que vous vous mettiez à nouveau dans la peau de l’humoriste, un projet vous tiendrait t-il à cœur ?

Valentin Vieyra : Oui !!! Le projet N......,  bon vous comprenez je ne pourrais pas tout annoncer (rire) un vrai spectacle d’humour.

 

Lire plus

CAMEROUN / LE COIN DU POÈTE (EBE EVINA, RIEN QUE LA POÉSIE)

by

Alain Mouaka

Posté le May 17, 2020 13:40


ebe.jpg

Pensées Noires : Ebe Evina vous êtes une poétesse Camerounaise,  merci de partager avec nous vos pensées, vos idéaux, quelle réflexion faites- vous à l’immédiat quand vous entendez "pensées noires"?

Ebe Evina : Merci à toute l’équipe de Pensées Noires pour ce magnifique travail qui met à l’honneur notre continent l’Afrique. « Pensées Noires » me fait penser à la liberté de la pensée noire, du savoir dire africain.

 

Pensées Noires : Qu’-est-ce qui vous a poussé dans le monde des mots et des lettres, la poésie?

Ebe Evina : L'amour du beau, la recherche de la liberté de m'exprimer m'a poussé dans les bras de la poésie.

 

Pensées Noires : C’est une question qui revient souvent, l’écriture peut-elle changer le monde et le rendre meilleur?

Ebe Evina : si il faut considérer que les personnes qui ont influencé le monde ont couché leurs inventions par écrit et tous ceux qui sont entrés en possession de leurs écrits ont été influencés, je peux dire que oui l'écriture change le monde

 

Pensées Noires : La jeunesse africaine n’est pas trop portée sur l’écriture, la poésie bref elle a même du mal à lire, comment l’expliquez-vous ?

Ebe Evina : l'amour de la lecture n'a pas été cultivé chez nous car l'Afrique a beaucoup misé sur la tradition orale alors parler de poésie, suivez mon regard. Je pense que due à sa complexité et peut être la difficulté à cerner les mots, le message bref la profondeur des textes, la poésie a eu ou a du mal à trouver une brèche afin de s’installer dans les cœurs des gens.

 

Pensées Noires : Avez-vous des pistes de solutions pour renverser ce constat?

Ebe Evina : Que les africains regagnent la confiance en eux. Nous devons multiplier les ateliers d'écriture. Les écrivains doivent se regrouper en association pour encourager ceux qui ont envie d'écrire à le faire sans pour autant minimiser leurs efforts. Les auteurs doivent arrêter de trop mystifier l'écriture.

 

 

Pensées Noires : Que répondez-vous à ceux qui disent que le milieu de l’écriture est un cercle fermé régit par quelques privilégiés?

Ebe Evina : l'écriture c'est un art et comme tout art il vient de Dieu donc il faut être quelqu'un de sensible ou connecté aux divinités à la nature pour écrire. Ça ne fait néanmoins pas de ceux qui écrivent des privilégiés car tout être humain a en lui cette faculté de se connecter à la nature. J’espère que vous m’avait compris (rire)

 

Pensées Noires : Des projets en cours ?

Ebe Evina : Oui tout à fait. Je travaille sur la sortie de mon prochain recueil. Je souhaiterais assister à des salons de livres hors du Cameroun, échanger avec d'autres écrivains à travers le monde

 

Pensées Noires : Serez-vous prêt à devenir un animateur de notre plateforme ou un rédacteur volontaire de notre magazine?

Ebe Evina : ça dépend de ce que cela inclut , être rédacteur dans votre magazine par exemple (rire)

 

Pensées Noires : Votre défi à travers la poésie?

Ebe Evina : Conquérir le monde avec mes écrits.

 

 

 

Pensées Noires : Ebe Evina vous êtes une poétesse Camerounaise,  merci de partager avec nous vos pensées, vos idéaux, quelle réflexion faites- vous à l’immédiat quand vous entendez "pensées noires"?

Ebe Evina : Merci à toute l’équipe de Pensées Noires pour ce magnifique travail qui met à l’honneur notre continent l’Afrique. « Pensées Noires » me fait penser à la liberté de la pensée noire, du savoir dire africain.

 

Pensées Noires : Qu’-est-ce qui vous a poussé dans le monde des mots et des lettres, la poésie?

Ebe Evina : L'amour du beau, la recherche de la liberté de m'exprimer m'a poussé dans la poésie.

 

Pensées Noires : C’est une question qui revient souvent, l’écriture peut-elle changer le monde et le rendre meilleur?

Ebe Evina : si il faut considérer que les personnes qui ont influencé le monde ont couché leurs inventions par écrit et tous ceux qui sont entrés en possession de leurs écrits ont été influencés, je peux dire que oui l'écriture change le monde

 

Pensées Noires : La jeunesse africaine n’est pas trop portée sur l’écriture, la poésie bref elle a même du mal à lire, comment l’expliquez-vous ?

Ebe Evina : l'amour de la lecture n'a pas été cultivé chez nous car l'Afrique a beaucoup misé sur la tradition orale alors parler de poésie, suivez mon regard. Je pense que due à sa complexité et peut être la difficulté à cerner les mots, le message bref la profondeur des textes, la poésie a eu ou a du mal à trouver une brèche afin de s’installer dans les cœurs des gens.

 

Pensées Noires : Avez-vous des pistes de solutions pour renverser ce constat?

Ebe Evina : Que les africains regagnent la confiance en eux. Nous devons multiplier les ateliers d'écriture. Les écrivains doivent se regrouper en association pour encourager ceux qui ont envie d'écrire à le faire sans pour autant minimiser leurs efforts. Les auteurs doivent arrêter de trop mystifier l'écriture.

 

 

Pensées Noires : Que répondez-vous à ceux qui disent que le milieu de l’écriture est un cercle fermé régit par quelques privilégiés?

Ebe Evina : l'écriture c'est un art et comme tout art il vient de Dieu donc il faut être quelqu'un de sensible ou connecté aux divinités à la nature pour écrire. Ça ne fait néanmoins pas de ceux qui écrivent des privilégiés car tout être humain a en lui cette faculté de se connecter à la nature. J’espère que vous m’avait compris (rire)

 

Pensées Noires : Des projets en cours ?

Ebe Evina : Oui tout à fait. Je travaille sur la sortie de mon prochain recueil. Je souhaiterais assister à des salons de livres hors du Cameroun, échanger avec d'autres écrivains à travers le monde

 

Pensées Noires : Serez-vous prêt à devenir un animateur de notre plateforme ou un rédacteur volontaire de notre magazine?

Ebe Evina : ça dépend de ce que cela inclut , être rédacteur dans votre magazine par exemple (rire)

 

Pensées Noires : Votre défi à travers la poésie?

Ebe Evina : Conquérir le monde avec mes écrits.

 

 

 

Fraternité problématique

 

Ma chère soeur,

Voilà plusieurs siècles

Que tu me prives de ma liberté

De ma qualité d'homme

 

J'ai cru en un amour entre toi et moi

À une vraie solidarité

Je t'ai accueillie

Je t'ai servie

Tu ne pensais qu'à m'assujettir

 

Tu es entrée chez moi

Tu as pris mes enfants

Utilisant ta force illégalement,

Tu m'as deshabillée

M'enlevant ma dignité

 

Tu as pris les vêtements

Pour en faire des médicaments

Pour les bons soins de tes enfants

Mon bas ventre tu l'as secoué

Pillé

Et te voilà développée

 

Mes fils ont enduré ta torture

Certains sont devenus matures

D'autres traîtres désobeissants

Me reniant.

 

Ah ma chère soeur!

Ceux qui sont chez toi viennent me reconstruire

Me rhabiller,

Me redonner ma dignité

Et tu dis que tu veux les aider.

 

Ma sœur

À quoi joues-tu ?

Si mes enfants n'étaient pas têtus

Tu les aurais tous engloutis

Je n'aurais jamais repris vie

 

Avec tes airs candides,

Ta démarche fragile,

Ton visage pâle,

Tes yeux innnocents,

Tu continues de me priver

De ma condition humaine

 

Tu viens avec ton plan d'aide pour me rebâtir

Tu te caches sous une pseudo-amitié

L'amitié étant une égalité

Comment renouveler notre fraternité

 

Je ne serai plus dupe

Mes fils te traqueront

Ils sont une grande armée

Consciencieuse,

Soucieuse,

Ils sont jeunes

Vigoureux

Déterminés,

À retrouver leur dignité.

 

Ebe EVINA

Lire plus

L’INVITÉE DE LA DIASPORA (ALLEMAGNE) / BLACK AMAZONE, NOIRE ET FIÈRE

by

Alain Mouaka

Posté le May 11, 2020 22:51


black amazone.jpg

 Après avoir longtemps  joué avec le feu elle évite de peu la descente aux enfers. Consciente dès lors d’un magnifique cadeau que lui a fait don le ciel, elle dédie désormais sa vie à un combat, sensibiliser contre les dangers de la dépigmentation. Black Amazone est  l’invitée de la diaspora de la semaine.

 

Pensées Noires : Black Amazone, vous défendez bec et ongles l’amour et l’entretient de la peau noire menacée par la dépigmentation, comment vous définissez-vous, une activiste, une influençeuse ou juste une femme qui se bat pour ses idéaux ?

Black Amazone : Bien de choses à toue l’équipe de Pensées Noires magazine et merci pour cette invitation qui me réjouit et j’espère réjouira également tous vos lecteurs et lectrice. Pour répondre à votre question Je dirai simplement que je me considère comme une activiste puisque je donne de la voix pour condamner, et sensibiliser au sujet d’un mal qui pour moi est une gangraine pour la communauté noire.

 

Pensées Noires : Comment en êtes vous-arrivée à donner de votre temps à la sensibilisation contre ce fait de société ?

Black Amazone : J’ai commencé cette sensibilisation depuis que j’ai arrêté de me  dépigmenter ; Je sais une chose aujourd’hui la dépigmentation est un poison lent très dangereux pour la santé. Une fois que j’ai réalisé cela j’ai pris mon bâton de pèlerin et ma campagne a commencé.

 

Pensées Noires : Qu’est-ce qui peut pousser les femmes à se dépigmenter la peau malgré les conséquences que nous connaissons  et les alertes qui se font ?

Les raisons qui poussent les femmes à se décaper la peau et bien vous avez l’ignorance et le complexe d’infériorité. Dans le premier cas disons simplement que ces femmes ne sont pas du tout bien informées sur les dangers de cette pratique, et dans le second cas et bien quand on ne se donne pas de la valeur, quand on n’est pas fier de ce que l’on est et de qui on est, il y’a de forte chance qu’une femme en arrive à cette pratique.

 

Pensées Noires : Vous êtes active sur les réseaux sociaux, comment se font vos sensibilisations ?

Pour l’instant je me sers des réseaux sociaux comme Facebook et YouTube pour atteindre un nombre de femmes. Cela passe par des posts, des directs, des échanges avec les abonnés et même des inconnues ; Ne vous y trompez pas nombreuses sont les femmes qui en ont conscience mais qui ne parlent pas et de même il y’en a qui souffrent en silence des conséquences de ce mal.

 

Pensées Noires : Comment expliquer alors  la commercialisation des produits décapant dans le monde ?

Les ventes des produits éclaircissants font fureurs parce que c’est rentable puisque 70% des femmes africaines rêve d’un teint clair ou métis.

 

Pensées Noires : Vous êtes très souvent victime d’attaques sur la toile et vous citez très souvent un nom, la tchatchogang , qui se cache derrière la tchatchogang?

Je suis attaquée par les femmes qui se font de l’argent sur le dos des pauvre femmes naïves du coup je représente une menace pour leur intérêt mais bon on fait avec comme vous le constatez.

 

Pensées Noires : Sentez-vous tout de même une prise de conscience des femmes sur le sujet ?

Depuis que j’ai commencé cette lutte j’ai réussi à impacter beaucoup de femmes qui ont pris aussi la décision de suivre mes pas. Donc je dirai que mon combat ne tombe pas dans les oreilles de sourds. J’en veux à personne, il n’y’a aucune animosité dans cette sensibilisation (rire) donc la lutte se poursuite, on ne lâchera pas la sensibilisation car lorsque vous avez des images à l’instar de celles que m’envoient quelques femmes touchées pas les conséquences de cette pratique, je vous assure cela glace le sang.

 

Pensées Noires : La dépigmentation disparaitra-t-elle de nos sociétés un jour, si oui à quel prix ?

Black Amazone : La dépigmentation disparaîtra un jour avec la nouvelle génération si on commence dès maintenant à montrer à nos enfants que la peau noire est notre identité et que le teint clair n’est pas un critère de beauté. La beauté n’a rien à voir avec la couleur. Si l’état aussi pouvait interdire les produits éclaircissants sur le marché et bien se serait une bonne chose.

 

 

Pensées Noires : Black Amazone avez-vous une pensée pour les populations africaines en cette période de crise sanitaire à coronavirus ?

Black Amazone : Concernant le covid19 les africains doivent respecter  les mesure de sécurité instaurées par les états de leurs pays et aussi  évitant les endroits où il y’a trop de monde donc si possible rester à la maison, on est tous d’accord que c’est compliqué surtout lorsque l’on vit au jour le jour mais notre santé avant tout car cette période aussi passera, n’oublions surtout pas de  respecter la distance de sécurité d’un mètre et même plus.

 

Pensées Noires : Pour finir, d’après vous quelle est  l’image de la femme africaine digne de son contient l’Afrique ?

L’image qui pour moi représente la femme africaine est sa couleur de peau, la force qu’elle dégage sans être complexée et aussi le fait d’être fière de ce qu’elle est réellement.

 

Pensées Noires : Black Amazone toute l’équipe de Pensées Noires magazine vous remercie pour ce temps accordé car vous seriez en discussion avec vos abonnés, bonne continuation pour ce combat qui est le votre et celui de l’humanité 

Black Amazone : Merci

Lire plus