mannequin.jpg
Mode
miriam.jpg
Memoire
tyrese.jpg
cinéma
miss 5.png
Fashion
art2.webp
Art
logo Grace Diffusion.jpg
Musique Gospel
QUEEN ETEME.jpg
musique
image003.jpg
Association
PN logo.jpg
Mon AFRIQUE

Magazine Rubrique:musiques

UBUNTU N°1 / TOGO : OZANE, LA LUTTE DU PETIT SOLDAT

by

Alain Mouaka

Posté le April 1, 2020 15:50


ozaneUbuntu.jpg

Seul on va vite, ensemble on va plus loin. La chronique Ubuntu est un hommage à la philosophie du regretté Nelson Mandela qui se définit comme suit :  je suis car tu es. Par cette chronique Pensées Noires magazine appelle à se soutenir mutuellement afin de donner vie aux projets et realizations de tout un chacun. Pour cette premiere salve le laureate Musique du Visa de la Création 2019, le Togolais Ozane ,  est notre invite depuis Abidjan la capital Ivoirienne.

 

Pensées Noires : Ozane merci de nous combler de votre presence entre les lignes de Pensées Noires magazine; La situation difficile que connait le monde dû au covid-19 force le discours, comment vivez- vous ces moments de confinement à Abidjan  en Côte d'Ivoire?

Ozane :  Merci Pensées Noires magazine pour cette invitation. Et pour tout vous dire je suis bloqué dans nos appartements avec mon équipe Sound Paradise, on a fait beaucoup de courses, des approvisionnements histoire de réduire nos sorties mais rassurez vous on n’a pas vidé les rayons de PQ (rire) . C’est également l’occasion d’échanger de vive voix sur les projets à venir et j’avoue que j’ai du temps pour moi même et j’en profite.

 

Pensées Noires : La population est-elle disciplinée, suit elle les consignes barrières et le confinement décrété par les autorités ivoiriennes ?

Ozane :  Le gouvernement Ivoirien a installé un couvre feu à partir de 21h et déjà à 20h30 toute la population est en mode course après le temps. Les bars, les restos, tout espace pouvant réunir des masses sont fermés. Abidjan qui est réputée être la capitale de la fête n’est plus la meme

 

Pensées Noires : L'édition 2020 du Masa a fermé ses portes  c'est pour cette raison que vous êtes a Abidjan, un mot sur vos prestations ?

On a adoré jouer à cette édition 2020, on a partagé la même scène avec Toure Kunda, Les Garagistes et bien d’autres artistes talentueux venus de partout, waouh j’en reviens pas . C’était l’occasion de chanter Petit Soldat pour la première fois devant un grand public qui a tout de suite adhéré à l’esprit de la chanson.

 

Pensées Noires : Justement vous faites bien d’en parler, Petit Soldat est votre nouveau single, les jeunes africains doivent ils se considérer en guerre face à leur avenir afin de réussir ?

Ozane : La réussite c’est un combat, que tu viennes d’Afrique ou d’ailleurs il faut se battre pour réussir. Quoi que, dans mon pays au Togo j’ai l’impression que les jeunes ne rêvent presque plus. J’avais juste envie de leur dire qu’ils peuvent tout se permettre et ils peuvent devenir tout ce qu’ils veulent s’ils apprenent, travaillent et se voient tel que des soldats capable de s’adapter à toute situation afin de s’en sortir.

 

Pensées Noires : Nous nous sommes laissés dire que ce nouveau single annonce la sortie de votre nouvel album, info ou intox?

Il n’y a pas qu’un album qui arrive c’est tout un gros projet qu’on travail en équipe en ce moment. On garde la surprise pour la suite mais vous serez informés au moment meme que les choses se feront, promis.

 

Pensées Noires : Avant votre venue à Abidjan vous étiez à Paris pour une session de travail , un petit résumé de ces jours là?

Oui, J’y étais pour une deuxième fois à la Cité Internationale des arts pour une deuxième residence et j’ai eu l’opportunité d’élargir mon réseau professionnel et de bosser avec de grands studios parisiens, un vrai moment de ouf.

 

Pensées Noires : Le monde est en pause à cause du covid-19, comment passez vous le plus clair de votre temps ?

Honnêtement on s’emmerde des fois (rire) tu sais quand t’es habitué à courir et d’un coup t’as un stop du jour au lendemain t’as du mal à suivre le rythme. Les journées passent lentement et on espère que les mesures de confinement auront un effet positif sur la crise et qu’on s’en sortira victorieux.

 

Pensées Noires : On nous parle d'un featuring de ouff à venir , dites nous en un peu plus ?

Mdr after corona please

 

Pensées Noires : Lors de votre séjour à Paris vous avez rencontré le regretté Saxophone camerounais Manu Dibango, qu’as-tu gardé de lui lors de votre dernière rencontre ?

Ozane :  Manu Dibango hum j’avais presque les larmes aux yeux quand j’ai vu le monsieur. J’ai directement pensé à Bella Bellow notre regrettée diva togolaise je savais que j’avais en face de moi quelqu’un qui avait traversé le temps, je ne sais pas si je me fais comprendre. Un Monsieur rempli d’humour,  il a raconté en studio une histoire passionnante et assez drôle de sa relation amicale avec le grand musicien Fela Kuti du Nigeria qu’il avait longuement fréquenté. Je m’estime très chanceux d’avoir partagé ces moments précieux avec cette légende qu’est Manu Dibango. Mes pensées pour sa famille, ses fans, ses amis, il était aimé de tout le monde.

 

Pensées Noires : Pour finir Ozane, quel est  votre rêve pour l'Afrique?

Ozane : Jai beaucoup de rêves (rire) pour la plupart de nos pays en Afrique mais le plus important c’est voir notre jeunesse entreprendre et réussir sans être forcé de chercher le salut au delà de nos frontières. Merci Pensées Noires magazine pour cet échange, Amour aux fans et aux à vos lecteurs.

Lire plus

CARAÏBES / JETHRO DECIMUS DONNE DE LA VOIX POUR LES ENFANTS

by

Alain Mouaka

Posté le March 28, 2020 13:41


jethro Decimus.jpg

      Le monde sent son équilibre menacé, la vie fragile et pour cause le covid-19. Le nombre de mort qui ne cesse de grimper et la peur qui gagne les cœurs, bien entendu on se réjouit de savoir que l’on enregistre aussi des malades qui guérissent. Nos pensées sont tournées vers tous ceux qui nous ont quitté, les familles épleurées et le corps médical du monde qui est au premier rang de la batail car nous sommes en guerre. Serait-ce exagérer de dire que les continents ont les larmes aux yeux? Mais Dieu merci il y’a encore de l’espoir car les recherches sont en cours pour trouver un remède contre l’ennemi  et si l’on ne peut pas respecter les consignes de barrières (porter un masque, laver les mains avec de l’eau et du savon, se désinfecter les mains avec une solution hydroalcoolique, éviter les rassemblements, les contacts physiques, tousser dans le coude, éviter de se toucher les yeux, la bouche et le nez) consulter un docteur encas d’urgence)et bien la consigne est simple « rester à la maison pour sauver des vies ».

   Une question se pose tout de même, quelle vie après la crise ? Forcement des attitudes devraient changer, des comportements devront changer, des préoccupations devraient nous interpeller, donner de la voix pour des causes devrait se multiplier. En parlant de cause à soutenir l’afro- caraîbéen Jethro Décimus met tout le monde d’accord avec son nouveau titre « Les Enfants sont blessés » .

   Malgré la peine l’espérance est présent mais une espérance à prendre soin comme la flamme d’une bougie. Les enfants en souffrance dans le monde ont besoin d’attention car se sont des êtres blessés et certains sont des marqués à vie. Au rythme actuel, d’ici à 2030, sur les 1,4 milliard d’enfants d’âge scolaire que comptent les pays à revenu faible et intermédiaire, ils seront respectivement 420 millions à ne pas acquérir les compétences les plus élémentaires au cours de l’enfance, 825 millions à ne pas acquérir les compétences les plus élémentaires du secondaire (confère https://www.unicef.org/media/64836/file/Strategie-UNICEF-education-2019–2030.pdf).  


« L'inspiration pour la chanson "Les Enfants Sont Blessés" vient des inégalités sociales et économiques que je vois dans le monde. Pour cette chanson, je voulais faire quelque chose de spécial et l'idée qui m'est venue à l'esprit était de faire chanter la chanson aux enfants avec moi. Avec cette chanson, je veux sensibiliser mais aussi encourager le monde à se souvenir et à considérer les moins fortunés. » Jethro Decimus

Aller vers l’impossible c’est soigner tous les affligés dit Jethro Décimus car il y’a de l’amour, il y’a de  l’espoir encore ; Jethro Decimus sera bientôt l’invité de Pensées Noires magazine, mais avant le jour j nous vous invitons à aller découvrir le titre « Les enfants blessés » en image.

https://www.youtube.com/watch?v=i781odjdz58

Lire plus

TOGO / ELOM20CE, ARTISTE, PHILOSOPHE OU VISIONNAIRE?

by

Alain Mouaka

Posté le March 26, 2020 19:16


elom20ce.jpg

     J’ai eu la chance de rencontrer le griot des temps modernes, le Sieur Tiken Jah Fakoly, lors d’un de ses passages dans l’une des belles capitales africaines où le reggaeman Ivoirien était attendu pour un concert Live comme à son habitude, une de ces rencontres de choix qu’offre le monde des médias. Perplexe sur l’impact de son engagement pour le meilleur devenir du vieux continent, je lui demandais à l’époque, s’il ne trouvait pas que sa musique était un cri dans le désert ? A cela il répondit : « Possible, mais je suis sûr d’une chose les frontières de la réflexion bougent petit à petit jour après jour », en résumé pour faire simple car son discours je le garde pour moi.  Quand tu fais les choses avec amour et passion tu réalises que ça va peut être prendre du temps mais tu y vas car tu es sûr que même s’il y’a deux ou trois personnes qui te suivent , ils le font avec sincérité. Au fil des années ton assurance et tes convictions remplissent ton être et tu ne jures que par cette mission. Cette mission pourrait être donner de la voix pour son continent, son peuple et ses richesses. C’est à se demander si l’on n’est pas possédé par un esprit qui nous guide et nous conseille. C’est une question que je me pose à chaque écoute des envolées sonores d’Elom20ce. Artiste ou philosophe, homme ou esprit (bon là j’en fais de trop). Si vous n’avez jamais écouté les mots forts de ce bonhomme je vous invite à aller à la découverte de ces trois premiers albums (internet peut faire mille fois qu’une encyclopedie) car ma présentation de ce penseur rêveur qui a la tête sur les épaules sera en dessous de ses millions de lignes écrites. « Les jours de rages arrivent sur nous comme le tsunami au Djakarta » écrivait-il en 2015 , parole que vous pouvez entendre sur le titre Vodoo Sakpata ; A regarder le monde aujourd’hui il y’a de quoi se poser des questions n’est-ce-pas, artiste ou visionnaire ? Les jours de rages (hum) le présent menacé par le covid-19 ou peut être l’avenir où il faudra payer pour respirer de l’air pur (vous comprendrez un peu plus loin) ? Je vais la faire courte cette réflexion ; il sonne 17h56 à cet instant où j’écris, Je vous épargne de mes mots  et vous invite à découvrir les maux que cachent  le clip Amewuga sortie prévue pour ce 27 mars ; Ce court métrage raconte les effets dévastateurs de l’homme sur son écologie. Réalisé par l’artiste, l‘histoire se déroule en 2092 à Anyigba (la terre en éwé), ville dans laquelle la pollution est à son comble, où certaines compagnies commencent à faire le commerce de l’air pur. Rendez-vous donc sur les réseaux sociaux de l’artiste et on en reparle après la sortie du clip.

Que les ancêtres vous gardent.

Lire plus