mannequin.jpg
Mode
miriam.jpg
Memoire
tyrese.jpg
cinéma
miss 5.png
Fashion
art2.webp
Art
logo Grace Diffusion.jpg
Musique Gospel
QUEEN ETEME.jpg
musique
image003.jpg
Association
PN logo.jpg
Mon AFRIQUE

Magazine Rubrique:musiques

TOGO / LA SELECT A VICIOUS 1

by

Alain Mouaka

Posté le January 5, 2020 10:54


Vicious.jpg

Lauréat de la catégorie Meilleur beatmaker aux All Musik Awards 2019, une soirée de récompense des meilleurs acteurs culturels et artistes de la chanson, Tha Vicious vous offre « LA SELECT A VICIOUS » tous les samedis à 9h sur la plateforme Pensées Noires. Dix titres références à découvrir chaque semaine. A vos écouteurs , bonne session d’écoute.

 

El miliaro -Jessica

https://youtu.be/jKTd6uoAGSw

Première rafale de 2020, El Miliaro revient avec un son assez différent de son univers: L'amour ! Il clame l'attirance qu'il a pour la demoiselle Jessica sur  une prod afro love et mélodieuse  de Bobino béats et I.D.O.T! Le résultat est un délice avec des mélodies au refrain qui te reste dans la tête

 

Toma ft Dosseh-Hypersensible

https://youtu.be/CwQtihBACm8

Mon coup de cœur de 2019! L'aspect spécial de ce son est la poésie et le chant de ces deux artistes sur une prod Trap. Je pourrais même dire qu'ils ont fait de la chanson française sur de la trap, très intéressant.

 

Tchess Preza ft Kurones-Tchébéré

https://youtu.be/AVzcISbFBq8

On a toujours clamé le retour aux sources de nos sonorités locales sans toutefois trouver la formule mainstream adéquate. Mr Kurones a trouvé la solution du Kamou. Ce son est une pépite, j'irais jusqu'à traiter ce titre de premier son afro- kamou moderne réussi.

 

Eddy mufasa-Yudah

https://youtu.be/lmzImU9_i4w

Tu veux montrer à des étrangers que ton pays a de rappeurs ? tu peux leur envoyer un lien d'Eddy Mufasa. Le refrain est digne. La prod réalisé par Kick F est minimaliste mais très choc, le clip est sûrement le meilleur clip hip-hop que j'ai vu d'un togolais en 2019 ; c'est osé ,fun et différent de ce qu'on nous servait.

 

Himra-Look At

https://youtu.be/eyApGTXnvmA

Ce son est un OVNI dans tout son ensemble (rire). Himra est un rappeur ivoirien en vogue dans son pays. Sur ce morceau il fait un couplet en anglais- nouchi! t'en a jamais entendu parlé non? C'est très osé et surtout réalisé à la perfection sans oublié le coté très drôle et décalé !

 

Cyclone-Bievéba

https://youtu.be/8B2ACOwdFQQ

Un retour dans le passé pour vous faire kiffer le classique "Bieveba" de Risher , Dièse et Menthal. En 2019 j’ai réécouté les paroles et elles sont toujours d'actualité !MDR ! Prophètes ou visionnaires ?

 

Kiko-BBVA(Accoustic)

https://youtu.be/hA0b22xraaM

C'est le genre de son que tu dois mettre quand une go débarque chez toi !Lol !C'est le genre de son que tu écoutes et t'as une soudaine envie de tomber amoureux(se)! En effet Kiko maitrise cet Art du Lover à la perfection !

 

Mr eazi ft Simi-Doyin

https://youtu.be/sBMredVuy7M

La voix de cette fille me donne des envies de l'appeler et de lui dire 'Bb take 4millions of dollars" (rire) Cette collaboration est l'une que j'ai le plus écouté en 2019! Une prod afro love minimaliste, une symbiose magique entre les deux artistes, un chef d'œuvre.

 

Yaknou-Kafla

https://youtu.be/ONj9ojWc9eE

Ce son est pour moi l'un des bangers hip-hop que j'ai le plus saigné en 2019. Dommage qu’il ne soit pas apprécié à sa juste valeur  car si ce single était sorti dans un autre pays on aurait assisté à un raz de marrée musical dans la sous région !

 

KanAa-Ago33

https://youtu.be/-CwskNXVFGc

Première sortie rap de 2020 du rappeur KanAa! Ce single produit par Tha Vicious est parti pour être l'hymne du quartier d'agoe , voire  classique. La thématique est respectée du son à la mise en image ; Après avoir maté le clip J'ai eu envie d'aller vivre là-bas! MDR

Lire plus

TOGO / YAO BOBBY, LE RECYCLAGE POUR SAUVER LE MONDE

by

Alain Mouaka

Posté le December 23, 2019 14:46


yao bobby2.jpg

Surnommé le rappeur Africain, Yao Bobby n’est plus à présenter. Engagé depuis les années 90 au côté de son groupe Djanta Kan pour le meilleur devenir des peuples d’Afrique à travers un rap porté par la richesse artistique et musicale de son pays le Togo, cet amoureux de l’Afrique ne ménage aucun effort pour faire entendre la voix de la raison. « Histoires d’un continent » est son premier album coédité par RFI en 2012, initiateur d’échanges avec la création de son centre culturel et son festival « Désenchaînés » à Agbodrafo au Togo, YaoBobby assume avec brio le statut de l’inventeur de l’Afrohiphop. Lorsque ce fils du continent n’est pas sur scène, son cœur bat la chamade pour un autre secteur d’activité. Yao Bobby se confie à Pensées Noires.

 

Pensées Noires : Yao Bobby "Afreekan Village" est le titre de votre dernier album en date, revenons sur l'esprit de l'album si vous le voulez bien ?

Yao Bobby : L’esprit d' "Afreekan Village" c'est nos vies, notre quotidien ici en Afrique, C’est ce que  raconte l’album ou dénonce si vous préférez.

 

Pensées Noires : "Afreekan Village" à ce jour comment se porte t-il?

Yao Bobby : «Afreekan Village" se porte très bien. Il est apprécié par la critique et le public. C'est vrai qu'il est un peu caché par tous les projets que je porte en ce moment  mais il tourne et pour 2020 il y’a déjà  pas mal de choses qui se mettent en place autour de l'album.

 

Pensées Noires : Depuis plusieurs mois vous êtes sur scène en Europe, dites nous en un peu plus sur ces tournées?

Yao Bobby : Effectivement je reviens de Suisse et d'Allemagne où j'ai fait une dizaine de show dans des festivals. Le public est toujours présent, je sens qu'il yéa une vraie place pour le hip hop africain. Les gens apprécient mon engagement, ma langue et mon flow. Je prépare aussi une tournée en Angleterre au premier trimestre 2020 et certainement des passages en France et en Belgique.

 

Pensées Noires : Vos performances ont toujours une particularité, quelle est la nouvelle magie de l'heure ?

Yao Bobby : La nouvelle magie c'est la présence de l'électro sur scène. Dernièrement j'ai joué avec Dangsha un  très gros groupe de fusion Asian Dub Fondation et j'ai encore appris beaucoup de choses, je vous invite à les découvrir si ce n’est pas déjà fait.

 

Pensées Noires : Yao Bobby vous défendez un rap engagé, votre nouveau single porte un titre brillant, Diamonds, vous partagez le temps d'un titre la vedette avec Simon Grap, que nous dit ce titre?

Yao Bobby : Diamonds c'est une réflexion sur le pillage des richesses de l'Afrique, le pillage de son or, des diamants mais aussi de sa culture et de sa force ! Ce n’est un secret pour personne de dire que le monde s’enrichit en Afrique mais paradoxalement les Africains qui sont donc si riches sont toujours à la place et toujours si pauvres. Rira bien qui rira le dernier.

 

Pensées Noires : «Diamonds" a été nominé Meilleur Clip Vidéo de Suisse par le Festival Solothurner, que défend ce festival et comment avez vous célébré cette distinction ?

Yao Bobby : Cette distinction nous donne envie d'aller plus loin, de continuer à défendre des projets originaux. Moi je célèbre ça en me plongeant dans le travail.

 

Pensées Noires : Présentez nous Simon Grab?

Yao Bobby : Simon Grab est un artiste complet. Il est Suisse, beatmaker, acteur. On bosse ensemble depuis plus de 10 ans. Il a été l'initiateur du projet 1+1 pour lequel nous avions écrit et enregistré 5 morceaux en moins d'une semaine avec Edgar Sekloka et Ali Bawa. Aujourd'hui Simon fait de la musique expérimentale. Il vient de sortir son propre album en même temps que notre projet.

 

Pensées Noires : L’art plastique est votre nouvel amour, vous êtes focalisé sur le  recyclage, que devrait-on comprendre par le reclyclage ?

Yao Bobby : Par recyclage il faut entendre réutiliser, transformer, récupérer, réemployer. C'est donner une nouvelle vie aux objets qu'on n'utilise plus.

 

Pensées Noires : Vous êtes à l'initiative d'un projet artistique baptisé « L’éducation artistique au recyclage », quelle en est l'idée fondamentale ?

Yao Bobby : L’idée fondamentale de l'éducation artistique au recyclage est simple: regardez autour de vous, l'hôte détruit son environnement, fait de la nature une poubelle alors que nous pouvons faire du monde qui nous entoure un paradis sur terre, ne serait embellir cet espace qui nous été confié. Le message est clair, si on apprend à créer à partir de nos déchets, c'est un petit geste pour notre planète. Je suis convaincu qu'un changement d'attitude éco responsable passera par les enfants.

 

Pensées Noires : Ce projet artistique a trouvé un écho favorable à l'école Française de Lomé, vous y étiez pour un cours donné aux élèves, racontez nous

 

Yao Bobby : Oui j'ai été contacté pour donner un cours. Les enfants ont été super réceptifs à mon art. Ils ont compris le sens de la démarche. Certains étaient déjà venus dans mon Centre à Agbodrafo pour étudier les œuvres et les procédés de récupération. Il faut noter tout de même qu’en janvier 2020 l'Institut Français prévoit aussi des ateliers.

 

Pensées Noires : Quelles sont les prochaines étapes de ce projet artistique ?

Yao Bobby : J’ai été sollicité pour plusieurs expositions ici au Togo mais aussi en Europe. Je prépare un projet mêlant sculptures, textes et rap avec d'autres artistes. Tout cela reste dans la lignée de mon engagement pour le meilleur devenir de mes frères et sœurs togolais.

 

Pensées Noires : Nous nous sommes laissés dire que vous travaillez sur un prochain album expérimental, info ou intox?

Yao Bobby : Je bosse, j'ai pas mal de projets, pas mal d'invitations et de propositions... pour l'instant je ne sais pas quelle forme exactement prendra le nouveau projet mais il est en cours et assez incroyable.

 

Pensées Noires : Encore quelques jours et nous dirons bye bye à l'année 2019, quel bilan artistique faites vous de votre année?

Yao Bobby :  2019 a été une année surprenante pour moi, elle m'a emmené très loin de ma zone de confort. J'ai appris énormément et toutes ces expériences enrichissent mon art.

 

Pensées Noires : Pour finir que souhaitez-vous pour le continent africain et ses fils et filles en 2020?

Yao Bobby :  Je souhaite qu'en 2020 mes frères et sœurs africains retrouvent confiance en eux, en leurs savoirs et en leurs savoir-faire. Je souhaite que l'Afrique s'affranchisse de ses freins historiques et s'autorise à se construire. J'encourage aussi mes frères et sœurs africains à prendre conscience de la beauté du continent et à agir pour le protéger : pollution, érosion, climat nous avons tous un rôle positif à jouer. L'Afrique doit être fière et responsable en 2020.

Lire plus

TOGO / TOOFAN EN CONCERT LES 20 ET 22 DÉCEMBRE AU TOGO

by

Alain Mouaka

Posté le December 18, 2019 17:07


toofan9.jpg

 15ans de carrière pour autant de succès, des distinctions longues comme le bras, Best Francophone MTV 2014, Nominé BET 2014, Best Group aux Afrimma 2019, un album « Conquistadors » qui met tout le monde d’accord, une signature avec Universal Music Africa, le duo togolais TOOFAN est un groupe avec lequel le monde de la musique  devra conjuguer les prochaines années.

A quelques jours de deux grands concerts face à leur public de la capitale Lomé,  Master just et Barabas se lâchent entre les lignes de Pensées Noires .   

 

Pensées Noires : Comment s’explique le succès de Toofan

Barabas (Toofan) : Il faut juste sacrifier son sommeil (rire) et j’ajouterais que l’on doit tout ce qui nous arrive à Dieu, c’est une bénédiction en faite

 

Pensées Noires : Cela fait 15ans maintenant que vous faites danser l’Afrique et le monde un succès que vous devez qu’à vous même, la signature avec Universal Music Africa en dit long sur la crédibilité sur votre statut d’artiste reconnu et vos trophées qui s’allongent comme le bras, on peut se poser une question jusqu’où va le groupe Toofan ?

Master Just (Toofan) : Heu, on ne sait pas  où le vent nous mène au final, on a commencé au Togo, il y’a eu l’Afrique et là ça prend une dimension mondiale, une chose est sûr on se dit que l’on est toujours dans un tunnel on n’a pas encore vu le bout, comme le dit Barabas c’est une bénédiction

Pensées Noires : Vous êtes sûr de n’avoir rien apporté à la musique Togolaise et africaine en général et d’être toujours dans un tunnel à chercher la glorieuse lumière ?

Barabas (Toofan) : En faite cet état d’esprit nous donne la force et le courage de nous réveiller tous les matins et de rester très tard la nuit à bosser, car on se dit que l’on a encore rien fait.

 

Pensées Noires : Il y’a tout de même plus d’une dizaine de trophée à votre actif les gars !

Barabas (Toofan) : Bien entendu, mais le tout n’est pas que de gagner des trophées, il est vital dans rester longtemps dans cette course, c’est pour cela que l’on a tendance à dire que l’on  a pas envi d’être premier, on a envi d’être dans le peloton, le peloton on sait pas où il va s’arrêter mais le premier parfois il se fait dépasser

Master Just : Endurance (rire)

 

Pensées Noires : Sur l’album Conquistadors y figurent de belles collaborations, Louane, L’Artiste, Koffi Olomidé, Wale, récemment vous donnez de la voix sur des titres avec les artistes du Pays à savoir Gbankou et Léguégé, on vous retrouve au côté de la star congolaise Samarino, mon petit doigt me dit qu’il y’a l’option production derrière, vrai ou faux ?

Master Just (Toofan) : Il faut dire qu’il n’y’a pas mal de collaborations qui se préparent. Barabas et moi avons déjà sorti quelques tubes, sur le dernier album c’est vrai que vous ne retrouverez pas des artistes togolais, on s’est donc dit que pour cette fin d’année et début d’année prochaine on va partir sur des projets de collaboration avec des artistes du pays et du continent, ça commence donc par la maison et après on ira voir à l’extérieur

 

Pensées Noires : Les 20 et 22 Décembre vous donnez rendez-vous à vos fans, le 20 une soirée VIP à l’Hôtel 2 Février et le 22 Décembre concert grand public à Canal Olympia Godopé

Master Just (Toofan) : Oui le 20 se sera un concert privé, tenue classe ou si vous voulez décontractée parce que la musique de Toofan ça fait danser donc transpiration garantie (rire), un peu de champagne, le ticket il est déjà en vente à l’Hôtel 2 Février et c’est à 30,000Fr, et le 22 nous serons à Canal Olympia Godopé avec la bière Pils et des produits BB Lomé

 

Pensées Noires : Toofan que promettez-vous au public togolais lors de ces deux dates ?

Master Just (Toofan) : Eux même ils savent (rire)

Barabas (Toofan) : ça fait 15ans que le public nous suit donc nos fans ont appris à nous connaitre, ils savent que ça va être grave. Ce que je voudrais ajouter, venez très vite, réservez vos places parce que c’est un dimanche, ça fait un moment que nos jeunes frères, les enfants, n’ont pas pu voir Toofan en concert car généralement on les fait très tard, et bien cette fois çi on est là pour eux, il suffit que l’on nous dise ok ils sont là que la place est peine à craquer et on monte sur scène (rire)

 

Pensées Noires : Même s’il reste beaucoup à faire comme vous le dites, le groupe Toofan aujourd’hui à sa place à la table des grands  artistes africains et d’autres continent, que vous manquent-ils pour vous frotter à des stars en chanson à l’instar du nigérian Wizkid par exemple ?

Barabas (Toofan) : Pour tout vous dire il y’a un bon nombre de featuring en studio mais nous jouons sur le temps, alors pour répondre à votre question au moment venu vous l’entendrez (rire)

 

Pensées Noires : On s’est laissé dire que Barabas sortirait dans les prochaines jours ou années une ligne de vêtement pour ne pas dire qu’il se penchera aussi dans le mannequinat ?

Barabas (Toofan) : Non ce n’est pas moi (rire), j’aime les vêtements certes mais je pense qu’il ne faut pas s’amuser à vouloir dévier de notre ligne de conduite ; on est Togolais vous nous avez vu débuter et même grandir dans le pays mais aujourd’hui on est face à cent millions d’habitants, 60 millions ou 25 millions ailleurs, 7 millions nous concernant donc je pense que l’on se doit d’être sérieux avec tout ce beau monde, plus encore sachant que la musique du côté francophone est assez complexe et qu’aujourd’hui nous avons des réseaux qui nous permettent de vendre notre musique vous êtes d’accord avec moi que l’on ne va pas sur un coup de tête aller faire du mannequinat d’autant plus que l’on a pas encore fait ce que l’on doit faire.

Master Just (Toofan) : c’est toujours le début du commencement pour nous

 

Pensées Noires : On va donc dire que Toofan garde la tête sur les épaules ?

Barabas (Toofan) : Regardez ce qui se passe chez les anglophones ou en Afrique de l’Est, il y’a une réalité, Toofan écrit son histoire, on a encore rien fait, il est bien vrai qu’évoquer l’Afrique francophone musicale le nom de Toofan va revenir mais je pense qu’il faille se surpasser, il faille que l’on travaille, que l’on écoute, que l’on cherche. En 2005 on faisait du Obragada, aujourd’hui les gens ont envi d’écouter autre chose, donc comment donner du nouveau à nos fans pour ne pas se répéter il faut travailler et prendre son temps à parfaire les chansons avant de les sortir pour nos fans. Le groupe Toofan ne vendra pas du rêve à ses fans, tant que l’on n’aura pas de quoi proposer à notre public nous ne ferons pas du buzz sur les réseaux sociaux pour ci ou ça

 

Pensées Noires : Toofan faut il s’attendre à une autre sortie musicale avant 2020 ?

Master Just (Toofan) : ça vient patientez il faut éviter la constipation, il faut laisser les gens digérer un peu

Barabas (Toofan) : On dirait que tu veux gâter la sauce (rire)

Master Just (Toofan) : je souhaite ajouter ceci, nous souhaitons corriger aussi quelque chose, je donne un exemple les concerts annoncés pour 16h ou 18h démarrent à 19h ou 20h et se terminent tard dans la nuit ; La c’est un dimanche, les enfants ont beaucoup réclamé les Toofan sur scène s’est pour cela que nous avons voulu faire ce concert entre 15h et 16h, commencez tôt et terminer vers les 19h afin que les familles rentrent tranquillement à la maison, donc je demande à tout le monde de faire cet effort d’arriver tôt afin de s’installer au calme, en tout cas une chose est sûr si on nous dit à 15h que le public est là chaud bouillant nous on monte sur scène (rire)

Lire plus